close


A la découverte de... Thibaud Valentin

14
mars
À la découverte de...
Deuxième meilleur buteur de Sélestat cette saison, Thibaud Valentin a signé son premier contrat professionnel la semaine passée. Une belle récompense pour le demi-centre mosellan, à qui rien n’a été offert.

"Trop petit". Voilà bien deux mots qui, associés, ont hanté la jeunesse de Thibaud Valentin. "On me le dit presque depuis que j’ai commencé le handball", reconnaît le demi-centre de Sélestat, tout fraîchement passé professionnel au sein du SAHB. Né à Ay-sur-Moselle le 4 mars 1996, le jeune homme a en effet dû emprunter quelques itinéraires bis pour arriver à cet entêtant objectif. Handballeur depuis ses 7 ans du côté d'Hagondange, le Mosellan migre assez rapidement du côté de Metz, pour poursuivre sa formation. Mais sa trajectoire connaît un premier accroc lorsque le Pôle Espoirs de Lorraine lui ferme ses portes. "Trop petit". "Sur le coup, je l’ai forcément pris comme un échec, souligne celui qui a finalement atteint la taille d’1,77m. Mais rapidement, je me suis dit qu’il y aurait un autre chemin."

Leader au sein de sa génération chez les -18 messins, il intègre rapidement le groupe des seniors dirigé par Ambrosio Dos Santos, alors en Nationale 2. "C’était presque un mal pour un bien car j’ai beaucoup appris avec eux", souffle-t-il. En un tour de main, le voilà même parmi les meilleurs buteurs de son équipe. De quoi donner des idées à ce jeune fan de Michaël Guigou, qui reprend son baluchon pour aller frapper à la porte de plusieurs centre de formation de l’Hexagone. Nîmes et Sélestat lui ouvre la leur. Celle de l’Usam se referme rapidement. "Trop petit". Chez le voisin alsacien, la journée de détection s’avère plus positive. "J’avais entendu parlé de lui, et j’avais pris quelques renseignements par les coaches qui l’avaient affronté cette saison-là, note Thierry Demangeon, responsable du centre de formation de SAHB. Mais on m’avait aussi dit qu’il ne pourrait pas faire de haut niveau."

Sous les couleurs de Metz. (Crédit: Page Facebook du joueur)

De 17e homme à... titulaire

Séduit par les qualités du gamin, celui qui dirige alors la réserve alsacienne en Nationale 1, décide de couper la poire en deux. "J’avais envie de lui donner sa chance alors on lui a proposé de venir une année. Il intégrait l’équipe réserve, mais sans convention de formation", explique-t-il. Message reçu par Thibaud Valentin. "On m’a dit que je serai le 16 ou 17e homme, qu’il était possible que je ne joue pas du tout". Mais le demi-centre a son caractère, et lorsqu’une porte s’entrouvre, il ne tarde pas à mettre le pied. "On a eu quelques blessés, et lui a tout de suite pris la place pour devenir un élément important de l’équipe, se félicite Demangeon. La force de Thibaud, c’est qu’à chaque fois qu’il passe un niveau, il parvient à s'adapter, et à s’imposer à chaque fois."

Une force que le jeune homme tire inévitablement d’un mental irréprochable, forgé tout au long de son parcours du combattant. "Son désavantage physique, il le compense par une envie permanente de montrer à tout le monde qu’il a le niveau", croit savoir son désormais ancien coach. "Oui, j’ai envie de prouver à tout le monde que je peux réussir malgré ma taille", reconnaît le principal intéressé, qui compte tout de même quelques qualités plus « handballistiques » à mettre en valeur. "Il a un bon pouvoir de percussion face à des défenses qui, en plus, n’ont pas forcément l’habitude de défendre sur ce genre de gabarit, et qui peuvent vite être gênées. Il est très rapide sur ses appuis, va vite dans les intervalles, avec un tir assez intéressant également", décrypte Demangeon. 

Quel statut la saison prochaine ?

A 21 ans tout juste, Thibaud Valentin a également ses défauts, inhérente à son jeune âge… mais aussi à son parcours. "Son parcours lui a donné cette rage, mais a également fait qu’il n’a pas eu une cadence d’entraînement aussi intense qu’un autre joueur de son âge, et ce dans un structure moins compétente Il a eu un peu de retard sur certaines notions de base, avec notamment une tendance à beaucoup perdre les ballons, même s’il progresse sur ce point. Il peut aussi progresser dans sa relation avec le pivot, note son formateur. Et puis il n’est pas encore utilisé sur les montées de balle puisqu’il ne défend pas, mais je pense qu’il est capable de défendre en 1 ou en 2 et ainsi apporter sa percussion pour marquer quelques buts de plus."

Désormais à la tête d’un contrat portant sur les deux prochaines saisons, le demi-centre a un peu de temps devant lui pour continuer une progression qui se fera sous la houlette de Christophe Viennet dès la reprise. "Il faudra assumer mon nouveau statut, on va voir comment se dessine le projet", souffle-t-il, avant de laisser la parole à Thierry Demangeon. "C’est un joueur qui a une belle cote auprès du public. On ne peut pas lui reprocher grand-chose, conclut ce dernier. Et puis avec les départs d’Olivier Jung ou Frédéric Beauregard, on a besoin de piliers locaux. Il sera, je pense, un élément important de l’équipe l’an prochain." Et si Thibaud Valentin en avait fini avec les "trop petit" ?

Benoît Conta

LIDLSTARLIGUE.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies