close


Tour des clubs: Saran repart au combat !

04
août
Tour de France
Troisième épisode de notre Tour de France des clubs, ce vendredi, du côté de Saran, en compagnie de Fabien Courtial, le coach.

Un oeil sur la saison passée

Promu surprise, Saran démarre sa saison en allant décrocher le match nul à Saint-Raphaël. Des débuts à l’image de leur première partie saison, au terme de laquelle les hommes de Fabien Courtial semblent se diriger tout droit vers le maintien. "C’était un challenge au départ qui paraissait compliqué, puis à la fin des matches aller, on a eu l’impression que c’était quasiment acté, reconnaît le coach. On s’est rendu compte qu’en fait pas du tout, parce qu’au final on aurait dû descendre. Il a fallu un exploit à la dernière journée (face à Chambéry, ndlr)". Un maintien arraché au forceps, après une deuxième partie de saison beaucoup plus laborieuse. "Au moment où l’on était dans une période euphorique on a cru que c’était notre niveau. En fait, c’était une erreur, on était peut-être en surrégime et on avait aussi réussi à surprendre des équipes. Après, il y a eu quelques blessures, les gens ont fait plus attention à nous, et là ça a été plus compliqué de gagner les matches. Le coup n’est pas passé loin. On a eu de la chance et on est heureux de s’être maintenus. D’un point de vue de l’expérience, on a vécu deux saisons, une bonne, une très mauvaise, et à la fin ça se goupille bien."

Chema, la cerise sur le gâteau

Crédit: Saran Loiret Handball

L’effectif de Saran est resté plutôt stable durant l’été, avec les deux arrivées de Quentin Eymann et d’Hadrien Ramont. "On voulait déjà conserver l’ossature de cette équipe qui avait fait le boulot. Après il fallait renforcer absolument le poste d’arrière droit. C’était notre priorité et on a choisi un joueur qui a des choses à montrer en Lidl Starligue, en la personne de Quentin Eymann. Il fallait aussi compenser le départ d’Igor Anic. Je suivais Hadrien depuis quelques temps et je pense qu’il a lui aussi des choses à montrer en Lidl Starligue." Mais là où les Saranais ont frappé fort, c’est en convaincant Chema Rodriguez, légende du handball espagnol, de s’engager au sein de leur projet. "Il a fallu pallier le départ de Tomi Vozab en essayant d’ajouter un joueur qui envoyait quelque-chose de fort dans le handball pour que le club de Saran ait une légitimité. L’arrivée de Chema a été une opportunité forte. Et pour le moment c’est bien parti et c’est je dois dire assez extraordinaire de l’avoir dans l’équipe", sourit le technicien. 

Le maintien... un peu plus tôt ?

A l’heure de fixer le cap pour la saison, Fabien Courtial est plutôt clair. "L’objectif est le même que la saison passée, il est de se maintenir. Le souhait serait de se maintenir un peu avant les cinq dernières minutes de la dernière journée, mais s’il le faut, on prendra aussi. Ca fait trois ans que l’on vit comme ça, avec une émotion très forte lors de la dernière journée, que ce soit montée ou maintien. A mon sens, il faut que l’on conserve une certaine humilité. On est dans les 3-4 « prétendants » à la descente et il faudra que l’on essaye d’en mettre deux derrière nous. Il faut que l’on s’en sorte là-dedans. Et il faudra également se rappeler de ce qui s’est déroulé cette saison", conclut le coach. 

Benoît Conta

LIDLSTARLIGUE.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies