close


"Connaître une montée en Proligue quand tu as connu l'équipe en Prénat'..."

02
nov.
Un club/Un joueur
Au tour de Maxime Langevin d'évoquer avec nous sa carrière à Caen, et son attachement aux Vikings.

Ma première licence

C'était à 14 ans je pense. J'avais auparavant découvert le handball à l'école, et j'ai ensuite signé dans le club de Ouistreham avec plusieurs potes. Ce n'est qu'après que je suis allé à Caen à partir des - 15 ans. J'étais en sélection départementale et à côté et je cherchais à jouer à un meilleur niveau. Caen c'était le club local avec les meilleures équipes donc le choix fut assez naturel. 

Mon coach le plus marquant

Je dirais Fred Rochambeau. C'était le coach que j'ai eu en -15 et en -18 championnat de France. C'était vraiment un coach qui aimait beaucoup ses joueurs et qui m'a fait énormément progressé. On a passé vraiment de bons moments avec lui. On a même créé une relation amicale par la suite.

Maxime est à gauche !

Mon premier entraînement avec les grands

Je devais avoir 16 ans et l'équipe première était en N3. J'allais les voir jouer le samedi soir et c'était un peu des stars pour moi (sourire). De m'entraîner avec eux c'était déjà génial et en plus ça s'est bien passé. Il y avait forcément une petite appréhension sur le physique. J'ai toujours été surclassé et j'ai toujours été en déficit physique. Le rythme, les impacts physiques ne sont pas les mêmes mais on s'habitue vite. 

Mon premier but avec les séniors

Je n'en ai aucun souvenir. Joker (rires). Je ne me souviens déjà pas de mon premier match avec l'équipe première... 

Mon premier contrat pro

A 18 ans je suis parti en centre de formation à Cesson-Rennes. Deux ans plus tard, Caen a souhaité que je revienne. Moi j'étais entre la N2 et le groupe pro à Cesson et je cherchais un niveau intermédiaire pour continuer ma progression car je commençais à stagner en réserve et la Lidl Starligue c'était encore trop haut. J'ai fait le choix de revenir à Caen pour jouer en Nationale 1 et signer mon premier contrat pro. Ce fut une belle satisfaction de signer ce contrat dans mon club formateur, un club qui s'était bien structuré entre temps. 

Mon meilleur ami au club

Jordan Allais. C'est aussi un de mes meilleurs amis dans la vie. Lorsque je suis arrivé à Caen à l'âge de 14 ans, il arrivait aussi d'un petit club à côté. On a tout connu ensemble au club, mais aussi en sélection départementale, régionale, au Pole Espoirs... Il s'est blessé juste avant que l'on monte en Proligue et je suis très content de voir qu'il est revenu dans le groupe cette saison, après sa grave blessure au genou. C'est cool de se retrouver à ce niveau-là avec lui, alors qu'on a connu tous les niveaux ensemble dans ce club (sourire). 

Le meilleur joueur passé par le club

Mon frère, Antoine. J'ai eu la chance de jouer avec lui quelques années et c'était un excellent joueur, un joueur très complet. Aujourd'hui beaucoup de gens viennent me dire que c'était un sacré joueur et que c'est dommage qu'il n'ait pas continué. Il a fait le choix de s'orienter vers des études de médecine mais je suis sûr que s'il avait continué le hand, ça aurait été un joueur de très haut niveau. Voilà, c'était mon petit hommage (rires). 

Mon pire souvenir

Lors de la saison 2014/2015, lorsque l'on rate les playoffs pour un but de goal-average face à Vernon, qui était un peu notre rival de la saison. C'était dur pour nous car on sortait d'une saison pleine et échouer de si peu, c'est assez dur. Avec le recul je pense qu'on n'était pas forcément prêts à monter. Ce fut au final un mal pour un bien puisqu'on est montés la saison suivante. 

Mon meilleur souvenir

C'est facile, c'est la montée en Proligue lors des playoffs de l'année 2015/2016. C'était vraiment historique pour le club. Tout s'est joué sur le dernier match des playoffs face à Saint-Gratien. Il fallait à tout prix gagner pour monter. Ce fut un match très stressant que l'on a bien géré et on a pu faire une très belle fête avec toute l'équipe, le staff, les dirigeants, le public... Voir le club monter en Proligue quand tu as connu l'équipe première en Prénat', c'est forcément un moment spécial. 

Mon meilleur spot

Mes parents habitent encore à Ouistreham et ses plages. C'est là-bas que je vais me ressourcer lorsque je veux un peu de calme. Après en ville, j'habite tout prêt du port et c'est un coin sympa pour les restos et bars. C'est là que l'on se retrouve avec l'équipe en dehors du handball. Je vais citer aussi le golf de Caen car ça me permet de me calmer un peu (sourire). 

Ma plus belle anecdote

C'était lors d'un entraînement avec la N2 quand je commençais un peu à découvrir le groupe. On n'avait pas de gardien et on a fait appel à un gardien de l'équipe C ou D. Il nous avait dépannés et mon frère, lors d'un tir en appui, a tiré tellement fort dans la tête de ce gardien qu'il lui a cassé les deux dents de devant. Bon, on en rigole aujourd'hui mais sur le moment ce n'était vraiment pas drôle (sourire). Mais c'est une anecdote qui est restée, même si ce fut un peu traumatisant pour le gardien qui nous avait dépanné... 

Be. C.

PROLIGUE.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies