close


"Le vestiaire du Palais des Sports va me manquer..."

19 déc.
Un club/Un joueur
Au tour de Sylvain Rognon, le pivot et capitaine de Besançon, de nous plonger au sein de son club, qu'il fréquente à nouveau depuis bientôt 7 ans.

Ma première licence

Je suis né à Besançon et j’ai commencé à jouer au club de l’ESBM quand j’étais gamin de 1993 à 2000, avant de partir à Montpellier (où il remporte la Ligue des champions, en 2003). J’ai fait mon retour à Besançon en 2011 en provenance de Saint-Cyr-Sur-Loire, car le club a malheureusement cessé son activité. Revenir à Besançon pour moi, c’était évoluer à un niveau compétitif, tout en arrivant dans une ville que je connaissais bien. Ca me permettait notamment de me rapprocher de ma famille.

Mon coach le plus marquant

Je n’ai eu que deux entraîneurs en sept saisons à Besançon. Depuis août, je découvre Alain Portes au quotidien, un coach très expérimenté et ambitieux pour Besançon. Auparavant, j’ai travaillé pendant 6 ans avec Christophe Viennet, qui m’a fait fait venir au club et m’a nommé capitaine. Il a contribué en grande partie au développement du club et à sa stabilisation en Proligue avec des moyens limités.

Mon meilleur ami au club

Je dis souvent que je n’ai que des meilleurs potes dans mon équipe, mais s’il fallait en choisir un, ce serait évidemment Ilija Komnenovic. Après avoir joué des années l’un contre l’autre, on a de suite accroché lors de son arrivée en 2014 à Besançon. C’est un mec droit, honnête et loyal: un ami. C’est aussi mon partenaire à la coinche et notre parfaite entente fait des déçus, notamment Luka( BRKLJACIC) et Antoine (GROS) nos adversaires historiques (rires).

Le meilleur joueur passé par le club

Le joueur qui m’a le plus impressionné, c’est Nathy Camara. Depuis Greg Anquetil, je n’avais jamais vu un joueur aussi à l’aise techniquement. Le gars tentait souvent de nouvelles choses avec toujours beaucoup de réussite. Pendant une saison avec nous (la saison passée, ndlr), il nous a fait des trucs de fou à l’entraînement et en match. J’ai essayé de reproduire certains de ses gestes, sans grand succès (rires). 

Mon plus beau but

C’est simple, il n'y en a pas eu beaucoup: c’était contre Chartres il y a quelques années. Un tir à (au moins) 10 mètres en fin de montée de balle. Grahovac dans les barres, Paillasson au contre : BUT. Imparable ! (sourire)

Mon meilleur souvenir

Il m’arrive de repenser à notre sauvetage in extremis lors de la saison 2014/2015. On est relégables à deux journées de la fin, puis on reçoit Chartres le mardi et Mulhouse le vendredi au Palais des Sports. Deux gros matchs, deux victoires ! Le scénario est fou ! On se sauve, c’était fort. (sourire)

Mon pire souvenir

C’est récent. Cette saison lors de notre match à domicile contre Nice (27-35, le 1er décembre dernier). Depuis sept ans que je suis au club, je n’avais jamais vu l’équipe jouer si mal à domicile. Nous avons été absents dans tous les compartiments du jeu. Un cauchemar... 

Mon meilleur spot

Je ne sais pas si c’est le meilleur, mais le vestiaire du Palais des Sports est un lieu particulier. De nombreux souvenirs, des rigolades aux engueulades, en passant par tellement d’émotions collectives... Ca va me manquer de ne plus partager ces moments-là... (Sylvain Rognon prendra sa retraite sportive en fin de saison, ndlr)

Ma plus belle anecdote

Difficile de choisir, il y en a tellement ! Souvent je dis qu’on devrait écrire un bouquin ! Je citerai pêle-mêle: le frein à main de Baptiste Calandre, la boule de cristal de Thomas Barrere, la Twingo de Cédric Simonin, la descente du bus en déplacement à Cherbourg avec Thomas Bolaers... (sourire)

Be. C.

Crédit photos: GBDH/Joël Lihoreau

A lire aussi
PROLIGUE
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies