close


Paris sacré !

07 juin
Divers

Au terme de cette 26e journée de D1, le suspens est désormais levé sur les différents enjeux. Paris fait un beau premier et jouera la Ligue des Champions accompagné de Dunkerque. Montpellier et Chambéry iront en EHF et Tremblay se maintient au détriment de Créteil.

 

Montpellier 33-24 Nantes (13-13)

Vaillant et déterminé à jouer sa chance à fond malgré des absents notables sur sa feuille de match, le « H » aura fait plus que donner du fil à retordre à Montpellier pour cette ultime partie de la saison. Dans le coup, les partenaires de Valero Rivera (7 buts) étaient prêts à tout pour atteindre leur Graal (8-8 à la 17’ puis 13-13 à la 30’). Et pas qu’en première mi-temps puisqu’au retour des vestiaires, ils continuaient d’être bien présents (18-18 à la 40’). Mais las, la machine se grippa et c’est le MAHB, solides sur ses bases depuis le début de rencontre qui allait s’envoler dans un solo d’enfer. Vid Kavticnik (9 buts) allait faire très mal à la défense ligérienne. Tout comme Mathieu Grébille, Issam Tej et William Accambray (5 buts chacun). Au final, Montpellier s’imposera avec une belle avance mais n’aura pas réussi à rejoindre Dunkerque qui s’est imposé par ailleurs. Nantes termine à la 5e place sans être européen même si l’espoir d’une invitation reste encore possible.

 

Saint-Raphaël 25-26 Dunkerque (16-11)

Dunkerque était tellement près de son rêve que ce dernier a bien failli se dissoudre d'être presque réalité. Car dans cette confrontation, crispés par l’enjeu, les Nordistes ont bien mal démarré laissant aux Varois les commandes d’un match qu’ils ne demandaient qu’à diriger (5-2 à la 9’ puis 10-3 à la 15’). Là, il y avait un vrai gros souci pour les visiteurs, surtout sur le plan défensif. Alors en changeant la donne dans ce secteur, les affaires ont commencé à s’améliorer et progressivement l’USDK est revenue (16-11). Mais comme Saint-Raphaël jouait bien autour d’un trio Abily, Tomas, Stehlik (5 buts chacun) rien n’était facile. Et dans le second acte, c’est le lumineux Baptiste Butto qui tira ses partenaires vers un succès dément et d'une courte tête qui démontra les valeurs intrinsèques d’un groupe qui se sera battu jusqu’au bout pour aller en Ligue des Champions. Avec 2 trophées et ce billet dans la musette, Dunkerque a clairement passé un cap cette saison.

 

Chambéry 34-30 Créteil (18-11)

La marche aura été trop haute pour Créteil. Après s’être offerts de l’espoir en réalisant de sacrés coups ces dernières semaines (Montpellier et Aix en particulier), les Ciel et Blanc n’ont pas trouvé les ressources et eu les armes pour mettre en déroute un Chambéry déterminé à aller chercher sa place européenne. Revenus du diable vauvert sur ce sprint final et impeccables de bout en bout ce jeudi soir, les Savoyards ont produit le match (7-7 à la 13’ puis 15-9 à la 26’ et 18-11 à la 30’) qu’il fallait pour ne rien regretter. L’expérience des grands rendez-vous, ça paye et ça offre la Coupe EHF ! De son côté, Créteil est le second relégué avec Billère.

 

Paris 36-34 Tremblay (19-17)

Même s’ils savaient que la lutte serait difficile en Savoie pour Créteil, leur adversaire direct pour le maintien, les Tremblaysiens ne voulaient compter que sur eux-mêmes pour rester en D1. Aussi face à un Paris qui n’attendait qu’une chose, recevoir son trophée et faire la fête, ce sont les hommes de Stéphane Imbratta qui démontraient le plus d’envie en début de match. Et même si leur maladresse laissait Paris être leader à la marque (10-4 à la 14’), ils continuaient de suer sang et eau pour aller chercher les deux points. Si bien qu’à la pause, l’écart était très raisonnable (19-17). Dans le second acte, les débats s’équilibraient et si Micke Brasseleur (12 buts) mettait le feu à la défense parisienne, en face de lui la riposte était plurielle. Mladen Bojinovic (7 buts), Robert Gunnarsson (6) et Antonio Garcia et Samuel Honrubia (5 unités chacun) jouaient les locomotives pour Paris et repoussaient constamment les voisins séquano-dyonisiens. Dans le final, tenu au courant du score à Chambéry, Tremblay relâchait un peu la pression et jouait plus léger. Tellement que l’état de grâce permettait presque aux Banlieusards d’aller chercher un nul. Mais Paris termina le travail. Proprement. Ensuite ce fut une grande fête avec honneurs rendus aux joueurs et en particulier à Didier Dinart qui quittait définitivement la scène. Un beau moment de communion.

 

Aix 33-31 Sélestat (14-14)

Sans enjeu mais pas sans intérêt ce déplacement de Sélestat sur le parquet d’Aix aura permis aux spectateurs présents dans la salle d’apprécier un très beau spectacle. La rencontre fut ainsi serrée pendant très longtemps. Et l’offensive fut de mise. Chez les Alsaciens, Frédéric Beauregard su tirer son épingle du jeu (9 buts) tout comme Djorje Pesic (7 unités) alors que côté Provençaux Nikola Karabatic (7 buts) démontra une nouvelle fois ses talents d’organisateur et de scoreur. La marque finale reste anecdotique, la différence se faisant en grande partie au retour des vestiaires (23-18 à la 40’). Ces deux là auront d’autres choses à se dire la saison prochaine !

 

Cesson-Rennes 28-24 Toulouse (14-12)

Egalité parfaite ! En 10 face-à-face de D1, Bretons et Haut-Garonnais ont désormais chacun le même nombre de victoires (5). Et les hôtes du soir ont bien mérité cette petite récompense avant de partir en vacances car ils ont fourni un nouveau match très sérieux face à une équipe de la ville rose qui n’aurait pas craché sur 2 points qui lui auraient permis de grimper à la 8e place finale. Pourtant les partenaires de Jérôme Fernandez (6 buts) ont essayé mais ils se sont régulièrement heurtés à la densité cessonnaise et un très bon Nicolas Lemonne (15 arrêts) dans les cages. Que dire de Romain Ternel, capitaine exemplaire qui jouait sa dernière « à la maison » et aura trouvé le moyen de finir sur une note inoubliable (8 buts) ? Rien de plus, il fut à l'image de son équipe : parfait !

 

Ivry 32-21 Billère  (18-12)

Soucieuse de ne pas se prendre les pieds dans le tapis face à la lanterne rouge de l’élite, l’US Ivry a fait le boulot ce jeudi soir dans sa salle de Delaune. Concernés, les partenaires de l’excellent Diégo Simonet (7 buts) ont parfaitement abordé la réception de promus volontaires mais encore une fois trop limités pour espérer accrocher le moindre point. Progressivement ces derniers ont ainsi perdu pied contre un effectif bien rôdé qui voulait faire plaisir à son public et ses partenaires (6-1 à la 13’ puis 17-11 à la 29’). Il fut donc surtout question de gestion une fois le gros de l’écart effectué. Ce que Pascal Léandri et sa troupe surent faire. Sans sourciller. Une copie propre.

LIDLSTARLIGUE