close


Bilans annuels / Istres, l'aller-retour express

02 juil.
Divers
Promu en D1 en début de saison dernière après s’être imposé lors des play-offs de Pro D2, Istres n’a pas réussi à se maintenir dans une élite impitoyable. Les hommes de Gilles Derot n’ont pourtant pas démérité d’autant que certains membres de l’IOPHB feront le bonheur d’autres formations la saison prochaine.

Dura lex, sed lex. La loi est dure, mais c’est la loi. Et celle du sport, et plus précisément de la D1 de handball, a été sévère avec le promu istréen. Car malgré un jeu ambitieux autour d’un groupe d’outsiders, établi entre jeunes talents (Gérard, Derot, Andry, Ruiz), vieux loups (Cismondo, Carou, Massot-Pellet), et coups de poker (Kozanovic, Vieyra), mené par un entraîneur, Gilles Derot, que l’on ne présente plus, les Provençaux n’ont pas réussi à se maintenir en D1. Et cette saison aura été un long chemin de croix pour les Noirs. Entre espoirs furtifs et retours à l’entraînement gris après des défaites pas toujours méritées. Au niveau comptable, les coéquipiers de Bastien Cismondo auront remporté 3 victoires pour 2 nuls et 21 défaites, soit un total de 8 points. Trop peu pour finir à la hauteur du premier non relégué, Tremblay, qui ne comptera finalement que 15 défaites ou encore sur Créteil, le 9e qui affiche 14 revers. Globalement, ce qui aura manqué aux Sudistes, c’est de la constance dans l’effort. Régulièrement bien dans leurs matchs, les pensionnaires de la Halle Polyvalente craquaient aux alentours de la 45’. Avant, ils étaient présents dans le combat en défense, proposaient de bons mouvements en attaque – on ne compte d’ailleurs plus le nombre de fois où les roucoulettes, kung-fu ou tirs puissants de la triplette Y.Gérard, T.Derot, Ruiz se sont retrouvé dans le Top Buts – puis le trou. Et là, leurs adversaires profitaient du manque de banc et d’expérience de l’équipe pour faire la différence, froidement. Rageant, car au rayon des victoires, la 11e attaque de D1 (691 buts) pour la 14e défense (826 buts encaissés) peut être fière d’avoir pris le meilleur sur Aix, Toulouse et Sélestat et d’avoir clairement tenu tête à Chambéry et Créteil (22-22 et 24-24) ou d’avoir fait douter Saint-Raphaël (32-33) et Nantes (29-32). Preuves supplémentaires des possibles de cette équipes, Yvan Gérard (135 buts) et Théo Dérot (140 buts), les 2 meilleurs artilleurs locaux ont été très sollicités et défendront, la saison prochaine, respectivement les couleurs d’Aix et de Nantes. Sans ses atouts mais avec d’autres pépites à faire grandir (Ruiz, Tricaud), le staff de l’IOPHB va se remettre au travail dès cet été pour tenter de revenir parmi ce qui se fait de mieux dans le handball européen. Avec comme leçon, cette saison, qui aura permis de beaucoup apprendre.

 

Bilan de fin de saison (26 matchs) :

14e place au classement, 8 points

3 victoires, 2 nuls et 21 défaites

Buts marqués : 691 (11e attaque)

Buts encaissés : 826 (14e défense)

Meilleur buteur : Théo Derot (140 buts)

 

LidlStarligue