close


Lis: "La France, c'est mon deuxième pays"

16 janv.
Entretien
Joueur à Dunkerque, Paris et Istres, Robert Lis a passé onze années au sein du championnat de France. Désormais adjoint de Talant Dushebaev, le sélectionneur de la Pologne, le pivot polonais a accepté de nous donner de ses nouvelles.

Robert, vous avez quitté la France en 2011. Que devenez-vous ?
Je suis devenu entraîneur. J’entraîne un club du championnat de Pologne qui s’appelle Legionowo (ville située au Nord de Varsovie, ndlr). Et je suis désormais l’adjoint de Talant Dushebaev en équipe nationale.

Est-ce une carrière que vous aviez programmé ?
Oui, c’était mon objectif quand je suis rentré en Pologne. J’ai passé mes diplômes et maintenant je travaille… J’espère que ça va durer !

Quel rôle tenez-vous auprès de Talant Dushebaev ?
J’apprends surtout. C’est quelqu’un qui a sa vision du jeu. Il n’est pas comme les autres. Je suis là pour apprendre, essayer de capter deux-trois choses qui pourront me servir dans ma carrière.

Même au niveau du caractère ?
(sourire) J’ai aussi du caractère, je suis parfois chaud. Mais c’est vrai que Talant c’est un volcan d’émotion (rires). 

Robert Lis seconde Talant Dushebaev durant ce Mondial. (Crédit: France Handball 2017)

"La Lidl Starligue a beaucoup évolué"

Un mot sur cette équipe de Pologne. Vous semblez en totale reconstruction…
Complètement. Vraiment complètement. On apprend. Et ça se voit… Ce n’est pas vraiment les résultats espérés (défaites face à la Norvège et au Brésil, ndlr). Mais on a besoin de ce genre d’expérience pour grandir. Ca fait un peu mal au coeur mais c’est comme ça.

Quels souvenirs gardez-vous de votre passage en France ?
La France c’est mon deuxième pays. J’ai d’ailleurs la double-nationalité. J’ai passé onze ans ici, et c’est un peu mon pays aussi. Je ne sais pas quoi dire ! (rires) C’est la France ! Je rentre dans un magasin je me sens chez moi, rien n’a changé !

Quels sont les entraîneurs qui vous ont marqué lors de votre passage ?
Je ne dirais pas un nom en particulier, mais plutôt une façon de travailler, une façon de se comporter vis à vis du joueur. Une façon de coopérer avec le joueur. C’est quelque-chose que j’essaie de garder.

Quel regard portez-vous sur la progression de la Lidl Starligue ?
Il a beaucoup évolué. C’est désormais le deuxième championnat en Europe, avec beaucoup de grands clubs. Il y a le PSG un peu au-dessus mais les autres sont bien structurés. C’est un championnat qui avance beaucoup. 

"La France a l'équipe pour gagner"

Quelles différences notez-vous avec le championnat polonais ?
En Pologne il y a deux clubs vraiment devant, Plock et Kielce. Ces deux clubs jouent tout le temps la Ligue des champions et derrière il y a un fossé. En France fil y a 7-8 équipes qui sont presque au même niveau.

Conseillerez-vous aux jeunes joueurs polonais de faire comme vous, et de venir jouer en France ?
(sourire) Ca dépend le profil. Mais il y a de bons potentiels qui sont avec nous sur ce Mondial, mais ils manquent clairement d’expérience. Il manque encore quelque-chose mais il faut faire 20-30 matches à ce niveau pour réduire les petites erreurs.

Quel regard portez-vous sur le début de compétition de l’équipe de France ?
La France a l’équipe pour gagner. Je pense qu’en plus 2-3 joueurs pourraient arrêter leur carrière après ce Mondial donc ce serait vraiment beau de terminer sur une victoire à la maison. 

Benoît Conta

Robert Lis a remporté la Coupe de la Ligue 2009 sous les couleurs d'Istres.