close


Mondial U21: Du bronze pour nos jeunes stars !

31 juil.
Divers

L’équipe de France U21 est revenue du Mondial en Algérie avec une médaille de bronze autour du cou. Une belle récompense pour une génération qui n'en finit plus de prendre du poids au sein de notre Lidl Starligue.

Un gardien plein d'avenir

Surclassé et titré il y a deux ans, Julien Meyer rentre cette fois avec la médaille de bronze. Une nouvelle fois performant dans son but, le portier a notamment offert la médaille aux siens en signant une ultime double-parade lors de la petite finale, face à l’Allemagne (23-22). Le gardien de but va désormais rentrer à Chambéry, où il va pouvoir continuer sa progression aux côtés de Yann Genty, lui qui avait réussi à peu à peu se faire sa place lors de la deuxième partie de saison. 

Minne et Lagarde doivent confirmer

Arrière gauche ou demi-centre, Aymeric Minne et Romain Lagarde ont occupé le flanc gauche et la mène des Bleus durant ce Mondial. Le premier, couvé par Jérôme Fernandez du côté d'Aix, devrait cette saison continuer à grandir sur la base arrière du Pauc, et devra notamment trouver un peu plus de régularité pour peser dans la durée. De son côté, Romain Lagarde est encore utilisé avec parcimonie par Thierry Anti. Alors que Théo Derot a quitté le club, le jeune droitier devrait trouver du temps de jeu au relais d'Olivier Nyokas. 

Des pivots prêt à prendre du poids ?

Alors que Ludovic Fabregas, membre de cette génération, a été exempté, Hugo Kamtchop-Baril et Dragan Pechmalbec ont parfaitement assuré des deux côtés du terrain. Le premier, déjà membre à part entière de l'effectif de Cesson-Rennes la saison passée, devrait continuer à grandir, en profitant notamment du départ à la retraite de Mathieu Lanfranchi. De son côté, le second a tapé dans l'oeil de Thierry Anti, qui n'hésite plus à faire appel à lui ici et là, notamment en défense. Le coah ligérien devrait continuer à faire appel à son jeune pivot l'an prochain, pour continuer à polir son jeune diamant. 

Des gauchers prêts à grandir !

Alors que l’ancien Tremblaysien Dika Mem a été élu meilleur arrière droit de ce Mondial, Melvyn Richardson et Tom Pelayo ont également apporté leur écot durant la compétition. Le premier, cadre à Chambéry, devra désormais gérer son passage à Montpellier, et trouver sa place dans la rotation de Patrice Canayer, pour compenser au mieux le départ d’un certain Jure Dolenec. De son côté, Tom Pelayo devra lui monter en puissance, lui qui va pleinement jouer le rôle de doublure de Pierre Soudry. De son côté, Florian Billant a joué les parfaits relais de Yanis Lenne sur son aile droite. Auteur de 55 buts la saison passée, le gaucher devrait continuer sur sa lancée l’an prochain, sous les couleurs de Dunkerque. 

Des doublures en quête de temps de jeu

Membre de la réserve de Paris, Adama Keita va tenter de se faire une place au sein du groupe pro, même si, sur l'aile gauche, Noka Serdarusic lui préfère acuellement Dylan Nahi pour jouer les doublures d'Uwe Gensheimer. De son côté, Vincent Maguy devra se trouver un club, lui qui n'aura pas réussi à convaincre Yérime Sylla, la saison passée, à Cesson-Rennes. Enfin, 17e homme sur la fin de compétition, Junior Scott doit encore faire ses preuves pour convaincre Thierry Anti à Nantes. 

Crédit photos: IHF