close


Hugo Descat, l'âge de raison

10 sept.
L'Actu de la semaine
Deux ans après son départ pour la Roumanie, Hugo Descat a signé un retour réussi en Lidl Starligue, la semaine passée, avec 12 buts. Renforcé par son expérience à l'étranger, l'ailier gauche espère réussir une belle saison à Montpellier.

"Déçu." Nous sommes à la fin de saison 2016/2017, et Hugo Descat vient de livrer un nouvel exercice réussi, avec 158 buts, le deuxième meilleur total de Lidl Starligue derrière Uwe Gensheimer. En fin de contrat, l’ailier gauche ne croule cependant pas sous les propositions. "J’aurais bien aimé resté en France, reconnaît celui qui a découvert le handball du côté de Villiers-sur-Marne. Mais je n’ai pas eu de propositions concrètes. C’était une déception, oui." Insatiable buteur, le Cristolien est-il alors victime de sa mauvaise réputation ? "J’ai entendu beaucoup de choses sur moi. Des choses qui étaient complètement fausses, très éloignées de la vérité. Si les gens aiment écouter ce genre de ragots, c’est un peu triste", souffle le Francilien.

Si c’est pas la France, ce sera alors la Roumanie, et un contrat avec le Dinamo Bucarest. "Je n’ai pas hésité, car je voulais jouer pour gagner des titres. J’ai passé des années à jouer le maintien avec Créteil, là je pouvais jouer le haut de tableau, et surtout la Ligue des champions, un vrai rêve pour moi", explique-t-il. Champion de Roumanie à deux reprises, l’ailier gauche étoffe alors son jeu, et engrange de l’expérience. "Là-bas, au niveau de la structuration des clubs, c’est loin de nos standards, sourit-il. Alors, quand tu as un soucis, il faut se débrouiller tout seul. Ca forge le caractère." Une adaptation couplée à la vie de jeune papa, qui endurcissent le jeune homme autant que le joueur de handball. 

"Quand Montpellier t'appelle..."

Et s’il avoue s’être "éloigné des radars", Hugo Descat est tout de même resté dans un coin de la tête d’un certain Patrice Canayer, toujours prêt à anticiper ses futurs recrutements. "Il avait déjà été intéressé un peu plus tôt dans ma carrière, mais ça ne s’était pas fait, se souvient l’ancien Cristolien. Après ma première année au Dinamo, il a pris contact avec mon agent, et ils se sont donnés des nouvelles au fil des mois." Des contacts qui se concrétisent au mois de janvier, par la signature d’un contrat de trois ans. "Quand Montpellier t’appelle, tu n’as pas le droit de refuser, assène le joueur de 27 ans. Ca montre que Patrice, comme le club, ont souhaité aller plus loin que les « on dit ». A moi de leur rendre cette confiance."

Avec 12 buts dès la première journée, et ce face à son club formateur, c’est pour le moment réussi. "Mais je ne suis pas là pour prouver que je suis un bon scoreur, je l’ai déjà fait. Ce qui m’intéresse, ce sont les objectifs du club. Je suis très motivé à l’idée de réussir une grosse saison, que ce soit en championnat ou en Ligue des champions. Je veux apporter tout ce que je peux. Si c’est 12 buts, ça sera 12 buts, mais si sur un match, c’est zéro parce que je ne joue pas, c’est pareil, conclut celui qui ne veut pour le moment pas évoquer un éventuel retour chez les Bleus, avec qui il a déjà connu deux sélections. Ce n’est pas un objectif, non. Je vais essayer de faire une bonne saison, et le reste viendra si ça doit venir. Ca ne sera que du bonus. Je n’ai aucune pression là-dessus." Le meilleur moyen d’éviter d’être déçu… 

Benoît Conta

Crédit photo: Patricia Sport

LIDLSTARLIGUE