close


Cyril Dumoulin la joue solidaire

30 mars
Solidarité
Touché par la crise sanitaire que nous traversons aujourd’hui, Cyril Dumoulin a choisi de s’investir dans une vente solidaire au profit du personnel médical. Le gardien de Nantes nous présente son projet.

La bonne idée n’était pas si loin. Dans un placard plus précisément. "L’idée de départ vient de là, oui, sourit Cyril Dumoulin. J’ai commencé à m’ennuyer durant mon confinement, et je me suis mis à ranger, à trier mes affaires. Je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal de vêtements de sport que je n’utilisais plus." Habitué à organiser quelques ventes solidaires sur son site, via la plateforme My Handball, le gardien de Nantes décide de renouveler l’expérience, cette fois en faveur du personnel médical, engagé dans la terrible crise sanitaire liée au Covid-19. "On s’est un peu renseigné, et on s’est mis en relation avec le fond de dotation du CHU de Nantes", glisse le gardien ligérien, qui observe rapidement le succès de son opération, avec plus de 3000 euros récoltés en trois jours.

Une petite équipe se monte et l’emploi du temps du portier se remplit à la vitesse de l’éclair. "Le seul moment que je m’accorde chaque jour, c’est pour faire mon heure et demie de sport, souffle l’ancien Chambérien. Pour le reste, j’ai eu la chance que la plateforme My Handball soit déjà en place. Ensuite, nous sommes accompagnés par Yatus, une structure tout récente qui est une vraie plateforme pour les associations, afin de gérer l’administratif et la logistique. C’était notamment important pour faire le pont entre les dons et les ventes aux enchères que l’on a souhaitées mettre en place."

Les ventes d’un côté, les enchères de l’autre

Dans son projet, Cyril Dumoulin distingue deux volets. Le premier prend place sur son site, et permet aux fans d’acheter les différents équipements de sport proposés par les sportifs, de Camille Ayglon-Saurina à Kevin Bonnefoi, en passant par Olivier Nyokas. "Là, ce sont des ventes directes, et le bénéfice est reversé à notre fond de dotation. Et tout part très très vite. On avait une quinzaine de vêtements mis à disposition par Kentin Mahé, le temps d’entrer tous les articles sur le site, les premiers étaient déjà partis", se satisfait le portier. Le deuxième étage de la fusée concerne des ventes aux enchères de biens plus « notables », comme des maillots de match ou d’articles plus particuliers. 

Cette fois, les fans doivent passer par un système d’enchères, et la plus haute promesse de don emporte la mise. Une fois le don versé au fond de dotation, l’objet est à vous ! "Pour le moment, à l’image du maillot collector d’Emiliano Sala, qu’un anonyme a souhaité mettre à disposition, j’organise les ventes via ma page Facebook. Mais dans le futur, les ventes pourront être organisées par les joueurs eux-mêmes, sur leurs réseaux", décrypte l’international tricolore. Une bonne nouvelle lorsque l’on sait que les frontières du handball nantais commencent à disparaître, à l’image des promesses formulées par les footballeurs footballeur Valentin Rongier, du tennisman Edouard Roger-Vasselin ou même la légende Raynald Denoueix. "Avec mon équipe, on est en contact avec pas mal de monde, c’est cool, on commence à sortir de notre microcosme nantais, c’est vraiment passionnant."

L’appel aux sportifs de tous bords: videz vos placards !

Un élargissement de la cible qui se fera aussi au niveau des destinataires. "On devrait rapidement passer un accord avec la fondation des hôpitaux de France, pour que les fonds soient utilisés un peu partout, et apporter du soutien au personnel qui lutte chaque jour, explique le Nantais, qui se verrait bien continuer à développer son projet. On reçoit beaucoup de retours positifs du personnel médical, et plus ça avance, plus je me dis qu’on fera durer l’opération, même une fois qu’on aura mis le nez dehors. Ce que traverse le personnel médical est incroyablement dur, mais ça le sera aussi après, car actuellement leur vie est arrêtée, entièrement focalisée sur cette lutte."

Ne reste plus qu’à alimenter les stocks: "Si certains sportifs ont des équipements qu’ils n’utilisent plus, qu’ils n’hésitent pas à me contacter. Pas forcément des maillots de match, mais des maillots ou des shorts d’entraînement. Ce sera utile à quelqu’un, et ça fera une bonne action, conclut-il avant de sourire. Je ne prends juste pas les chaussettes, je préfère le préciser." Celles-ci resteront au fond du placard… 

Benoît Conta

LidlStarligue