close


Tour de France - Cesson revient dans l'élite avec ambition

11 août
Tour de France
Après avoir fini champion de Proligue la saison passée, le club de Cesson-Rennes fait son retour dans l'élite cet été. Et espère bien y tenir un rôle majeur.

Dix ans que Cesson-Rennes n’avait plus connu les joutes de la deuxième division. Depuis 2009, le club phare du handball breton masculin avait conservé sa place dans l’élite, avant de la perdre, après une deuxième moitié de saison 2018-19 catastrophique. En septembre dernier, le mot d’ordre était clair : impossible d’être éloigné de la ligue des stars deux saisons de suite. Mission remplie par Sebastien Leriche et ses hommes, avec un titre de champion de Proligue à la clé en mars dernier. “Remettre Cesson en Lidl Starligue, c’est redonner au club la place qu’il doit occuper, au vu de ses infrastructures et ses moyens. Quand j’ai repris l’équipe, personne ne s’est caché sur l’objectif” explique l’entraineur, qui a repris les rênes après la mise à l’écart de Christian Gaudin à l’automne dernier. Un titre, une deuxième partie de saison réussie, peut-on parler de saison parfaite ? “Rien n’est jamais parfait, mais on est en tout cas très satisfait. Personnellement, j’ai aussi pris beaucoup de plaisir à travailler avec ce groupe, j’ai rapidement ressenti une adhésion des joueurs au projet” continue celui qui s’occupait du centre de formation du CRMHB avant sa prise de fonction.

Des recrues qui connaissent bien le championnat

Mais qui dit montée dans l’élite, dit recrutement et renforcement de l’effectif. Les dirigeants bretons avaient ciblé un profil de joueurs bien spécifique : “Encore plus que des qualités sur le terrain, je voulais constituer un groupe avec un état d’esprit conquérant, revanchard, des joueurs avec beaucoup d’envie. C’est le cas de Romaric Guillo et de Romain Briffe, mais aussi de notre paire de gardiens de but. Rok Zaponsek, par exemple, a une énorme envie de croquer dans cet Lidl Starligue” confirme Leriche, qui pourra compter sur six nouveau joueurs pour entamer cette saison. 

Outre les historiques Romain Briffe (Chambéry) et Romaric Guillo (Kielce), de retour au bercail, et la doublette Zaponsek-Baznik dans la cage, l’arrière gauche Rudy Seri et l’ailier droit Jordan Camarero sont venus renforcer un groupe déjà bien fourni. Et votre oeil attentif n’aura pas manqué de repérer que la plupart de ces recrues possèdent un point commun…”On était d’accord avec les dirigeants sur la nécessité de recréer une identité cessonnaise, comme on a pu la connaitre par le passé. Et effectivement, prendre des joueurs français, c’est une prise de risque moins grande que de prendre des étrangers, même si elle n’est jamais nulle” explique l’entraineur breton, qui a prolongé son contrat jusqu’en 2022.

"Sans ambition, on n'avance pas"

Jusqu’où son équipe va-t-elle pouvoir aller ? La mission numéro un semble, en toute logique, le maintien dans l’élite. Mais en Bretagne, on voit déjà un peu plus loin que l’horizon de la saison 2020/21. Mais si certains pourraient avoir des rêves de grandeur, l’entraineur se veut pragmatique : “Sans ambition, on n’avance pas, mais je ne veux pas aller trop vite non et il faut rester mesuré dans ce qu’on annonce. Le club doit passer par une phase de pérennisation en Lidl Starligue, qui sera plus ou moins longue.”

Le souvenir de la saison 2018/19, où le club breton avait tutoyé la première partie de tableau à la mi-saison avant de se brûler les ailes, est encore dans toutes les têtes. Mais, pour l’instant, alors que l’heure de la reprise vient à peine de sonner, on est loin d’y penser. “Le groupe est investi, travailleur et tout se passe pour le mieux. Et on va tout faire pour que ça continue !”

 

Kevin Domas, photos : Philippe Riou & Stéphane Pillaud