close


Tour de France - A Nantes, on ne veut rien s'interdire

15 sept.
Tour de France
Second la saison passée, le HBC Nantes repart à l'assaut d'un titre de champion de France qui lui échappe toujours. Si Alberto Entrerrios fait de Paris son favori, il ne veut néanmoins fermer aucune porte.

Pour une saison de premières, celle qu’Alberto Entrerrios a passé sur le banc de touche du HBC Nantes a des goûts de réussite. Certes, pas de trophée au bout, mais, pour son baptême du feu sur le banc du H, l’Espagnol a réussi son pari : celui de renouveler son effectif, de reconstruire sa base arrière tout en maintenant un niveau de performances élevé. “On a fait de belles choses. On a eu quelques difficultés pendant l’automne, mais cela a permis de faire ressortir les caractères de chacun. Quand on est arrivé à Noël, l’équipe jouait comme je le voulais tout en ayant des résultats” explique l’ancien arrière gauche. Au final, une deuxième place en Lidl Starligue qui le comble, même si les résultats dans les autres compétitions laisse le coach nantais quelque peu sur sa faim. “On voulait se battre pour un titre, qui est un des objectifs du club, donc on est un peu frustré car on était encore en course dans toutes les coupes. Mais tout cela est derrière nous, désormais” continue-t-il

Remplacer Nicolas Tournat, un des enjeux de l'été

Et, avec une trêve de six mois devant lui, Alberto Entrerrios a eu du pain sur la planche cet été. Si, lors de la dernière intersaison, il avait du travailler sur la succession de Nicolas Claire, le dépositaire du jeu violet, c’est cette fois Nicolas Tournat, le point d’ancrage des deux côtés du terrain, qui a mis les voiles. Et le remplacer ne va pas être évident, tant il était omniprésent. “On va devoir trouver d’autres façons de jouer sans lui, peut-être avec moins de jeu de position” explique l’entraineur espagnol, qui a recruté son compatriote Adria Figueras et l’Ivryen Matthieu Bataille pour remplacer l'international français. “On a bien étudié les profils de nos recrues et on pense qu’on peut faire en sorte que Nicolas ne nous manque pas. Si on ne me parle plus de son départ dans un an, c’est qu’on aura réussi la mission.”

Mais il n’y a pas qu’à l’intérieur que le H a fait tourner. Baptiste Damatrin et Thibault Briet ont intégré l’effectif professionnel, tout comme le jeune Milan Mihic, un gaucher serbe de 19 ans, recruté surtout pour préparer l’avenir. Mais à Beaulieu, on ne veut pas oublier le retour d’Eduardo Gurbindo, qui n’a pas joué un match la saison passée. “C’est une autre recrue, pour moi. La saison passée, Kiril Lazarov a joué toute la saison tout seul, et c’est un vrai exploit, car c’est très rare d’être aussi bon en jouant autant. Cette fois, on ne veut pas se retrouver dans la même situation, et avec l’arrivée de Mihic, on aura trois gauchers derrière” décrypte coach Entrerrios.

Essayer de réduire l'écart

Alors que certains des observateurs soulignent le prétendu affaiblissement du Paris Saint-Germain, notamment avec le départ de Sander Sagosen, le HBC Nantes peut-il rêver à un titre de champion de France qu’il n’a encore jamais remporté ? “Chaque été, on fait cette reflexion et la saison se finit avec encore plus d’écart” sourit le dauphin de la saison passée. “Quand on voit qu’ils signent Kristopans, qui est dans le top 5 actuellement sur son poste, difficile de dire qu’ils se sont affaiblis. On va déjà essayer de réduire l’écart.”

Mais il n’y aura pas qu’en championnat que Nantes sera à la recherche de bonnes performances. En 2018, le H avait bien rejoint la finale de la Champions League, une compétition qu’il retrouvera dès cette semaine. “On veut sortir des groupes, et peut-être un quart de finale. L’annulation de la coupe de la ligue et les interrogations sur la coupe de France nous privent de deux belles opportunités de gagner un titre. Mais on ne s’interdira pas de rêver” termine le technicien.

 

Kevin Domas, photos : S. Pillaud