close


Aymeric Minne, un patron en mutation

10 déc.
L'Actu de la semaine
A Nantes depuis cet été, Aymeric Minne retrouve ses anciens coéquipiers d’Aix, ce jeudi, dans le cadre de la 12e journée de Lidl Starligue. L’occasion pour lui de faire le point sur ses premières heures sur les bords de Loire.

"Je n’ai pas gagné au change." Aymeric Minne regretterait-il déjà son départ d’Aix pour Nantes ? "Sur le temps, oui, sourit le demi-centre. Il pleut presque tous les jours ici, c’était quand même beaucoup plus sympa à Aix." Mais pas la peine de creuser plus loin pour déceler un quelconque regret dans la tête du néo-Ligérien. "J’avais envie de découvrir autre chose après quatre très belles années au Pauc. Il y avait des objectifs élevés là-bas, mais je voulais aller encore plus haut, dans un club qui est une référence, que ce soit en France ou en Europe", décrypte-t-il.

Prévue pour juillet 2020, son arrivée a été avancé d’un an après d’âpres négociations entre Aixois et Nantais, et ce alors que Nicolas Claire avait lui prévu de faire le chemin inverse. "Ce fut un début d’été un peu éprouvant, reconnaît Minne. C’était pénible de ne pas savoir où se projeter. En plus ma copine devait trouver son alternance, et ce bazar a duré un peu trop longtemps." Les papiers sont finalement signés une semaine avant la reprise, et le meneur de jeu emménage dans l’ancien appartement de… Nicolas Claire. "Pour ma copine, le club a poussé pour qu’elle puisse avoir ce qu’elle souhaitait", précise-t-il au passage. 

« Montrer que je peux être un joueur complet »

De quoi aborder la reprise l’esprit libéré, au sein d’un effectif chamboulé, désormais dirigé par le duo Alberto Entrerrios - Grégory Cojean. "On a fait énormément de matches amicaux pour se rôder. L’équipe avait beaucoup changé, avec pas mal d’arrivées, et notamment la mienne et celle de Rok Ovnicek au poste de demi-centre, se souvient le joueur originaire de Tournefeuille. Mais les anciens nous ont très bien accueillis et l’intégration s’est faite dans la sérénité." Un été de labeur, mais aussi de dialogue avec un duo d’entraîneurs qui attend beaucoup de leur jeune pépite, âgée de 22 ans. 

"Ils m’ont beaucoup parlé, offert beaucoup de confiance, confirme le principal intéressé, désormais responsabilisé des deux côtés du terrain. Défendre, ils m’en avaient parlé avant ma signature. C'est quelque-chose que j’attendais. Ca me permet de faire les montées de balle et de faire parler mes qualités sur le grand espace. Je suis content de montrer que je peux être un joueur complet et non plus seulement un demi-joueur." Parfois utilisé au poste 2, mais aussi en 1 afin de souffler, Aymeric Minne a également trouvé ses marques offensive dans le jeu nantais, pour faire parler sa vitesse, sa vision du jeu et son si précieux bras (4 buts en moyenne sur les 11 premières journées, ndlr). 

« Les Bleus ? Je vais m’attacher à faire une bonne saison »

"Mais je pense que je peux faire beaucoup mieux, tempère toutefois l’ancien Aixois. Il y a des matches où l’on a pris l’eau, et ça été compliqué pour moi aussi. Rock (Feliho, ndlr) me pousse à plus m’imposer, et j’espère qu’avec le temps, je parviendrai à endosser ce costume de patron. C’est en tout cas mon objectif." Et si l’équipe manque encore de constance, le « H » reste dans les clous de ses objectifs de début de saison. "Ce n’est pas toujours brillant, mais on s’est qualifiés pour les groupes de la Coupe EHF, pour le Final4 de la Coupe de la Ligue et la suite en Coupe de France, énumère-t-il. En Lidl Starligue, on est dans le groupe des deuxièmes, et si on gagne un de nos deux derniers matches, on pourra dire qu’on fait un bon début de saison." 

Le premier d’entre eux aura un goût spécial pour Aymeric Minne, puisque c'est Aix qui se présente à la "H Arena", jeudi soir. "Ca va me permettre de revoir les copains car je suis un peu parti comme un voleur, sourit-il. Pour le reste, je ne mets pas plus de pression que cela. J’aurais plaisir à revoir tout le monde, mais sur le jeu, je ne me prends pas plus la tête que cela." Une attitude que le jeune homme a également décidé d’adopter lorsque revient sur la table le sujet de l’équipe de France. "J’étais remplaçant pour le dernier stage, là je suis dans la liste des 28 pour l'Euro. Ca veut quand même dire que je suis dans les radars. Maintenant, je n'étais pas là en octobre et je n’ai pas trop d’espoirs pour cet Euro ou les Jeux, conclut-il. Je vais juste m’attacher à faire une bonne saison, pour laquelle il me reste pas mal d’objectifs, et la suite, on verra après les JO."

Benoît Conta