1ère journée de D1 : la chasse est ouverte !

09 sept.
Avant match
Ca y est, toutes les équipes de D1 vont désormais entrer dans le vif du sujet avec la première journée de D1 de cette saison 2014-2015, plus excitante que jamais. Le champion de France, Dunkerque va être attendu partout en France, tout comme Paris, le favori numéro 1. Derrière, les prétendants à l’Europe ne manqueront pas tandis que la lutte pour le maintien sera farouche. Bref, il y aura de l’enjeu à chaque journée et à tous les niveaux. Et ça ne fait que commencer !
présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

De retour dans l’élite après une année en Pro D2, Créteil s’annonce comme un concurrent farouche à la lutte pour le maintien, voire à un milieu de tableau. Brillants lors de leur match de barrage face à Istres (30-25) la semaine passée, les hommes de Benjamin Pavoni ont en effet survolé l’anti-chambre de l’élite la saison passée et sortent d’une préparation plutôt encourageante avec quelques beaux noms battus (Skopje et Tremblay notamment). Mais la D1 reste la D1 et avec les importants changements faits dans l’effectif, il faudra que l’amalgame se fasse très vite dans une configuration compétition. Commencer par une victoire, à domicile, face à Sélestat serait donc idéal, surtout pour la recrue Guynel Pintor qui affrontera son ancien club, le SAHB. Ce dernier est aussi en reconstruction après les pertes de Pintor donc mais aussi de Podsiadlo, Izevic dans les cages, Freppel, Petrenko, Salami, Eymann et Rechal. Bref, il y a eu beaucoup de travail en défense et en attaque tout l’été pour arriver prêts pour ce jour J. Le coach Jean-Luc Le Gall sait, ô combien, ce premier round est important d’autant que son équipe n’a pas toujours été au complet et rassurante sur cette fin de préparation comme face à Tremblay (34-24) et Mulhouse (30-25). Les Alsaciens vont vite devoir se rôder.

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

La saison dernière, cette opposition alors programmée en Ile-de-France, non pas en ouverture de saison, mais finalement assez tôt (J03), avait quelque peu scellé le destin des deux équipes par un nul qui en avait dit long sur les capacités de chacun. Tremblay avait été dans le coup et même tout pour l’emporter, mais c’était bien Nîmes, au final, qui avait obtenu un très précieux point dans une fin de match au cours de laquelle, les Franciliens avaient semblé incapables de conclure. La suite dirait que le TFHB souffrirait de ce mal quasiment tout au long de l’exercice, alors que les Gardois feraient de nombreux coups de ce type. Alors quid de cette saison ? Et bien tout à changer ! A Tremblay, le coach s’appelle désormais David Christmann, il arrive avec une réputation de sorcier breton et a sous la main un effectif de grande qualité avec des joueurs de caractère et de réputation. Il pourrait d'ailleurs mener ce groupe vers la 1ère partie de tableau si la mayonnaise prend, tandis qu’à Nîmes, on a aussi fait fort niveau recrues (Marroux, Podsiadlo, Hallgrimsson). Ce qui est sûr, c’est que l’empoignade sera belle avec deux groupes qui aiment le combat et ne lâchent jamais rien.

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

Attention affiche ! Et pas des moindres. Le 5e du précédent exercice, Toulouse, a, comme qui dirait, fait la saison dernière, ce que son adversaire Chambéry, 8e, aurait aimé réaliser. On est donc face à deux concurrents directs qui auront sûrement plein de belles histoires à se raconter en cette rentrée. Costaud dans tous les secteurs, le Fenix a démontré pendant sa préparation (courte défaite face à Barcelone enchaînée par une victoire au Marrane sur les dernières semaines) qu’il serait de nouveau un sérieux prétendant au haut de tableau. Le quatuor Fernandez/Porte/Zvizej/Andjelkovic fonctionne à merveille, dans les cages la paire Dumoulin/Pardin peut se targuer de fréquenter l’équipe de France et autour, tout le monde va apporter. A Chambéry, on a toujours des certitudes (Basic, N’Guessan, Bicanic, les deux frères Gille, Paty) mais aussi de l’inconnu avec les départs de Marroux, Nyokas et Dumoulin. Pour les cages justement Yann Genty, arrivé de Cesson-Rennes, devrait vite trouver ses marques, mais il faudra aussi que les recrues Matulic et Milicevic se fondent dans le collectif et que les jeunes prennent un peu du pouvoir. Le duo Cavalli/Richardson devra faire prendre la mayonnaise.

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

Bonjour, bon retour en D1 et surtout bon match face à Montpellier pour commencer ! Le message de rentrée adressé à Istres pour son come-back au plus haut niveau n’est pas le plus évident à recevoir, mais il est clair. Il va falloir commencer dans le dur pour un effectif plutôt jeune (3 joueurs seulement à plus de 27 ans), pas forcément très rôdé à la D1. Le coach Gilles Derot pourra tout de même compter sur l’inoxydable Bastien Cismondo à la mène (31 ans), mais aussi sur Benjamin Massot Pellet, vu à Chambéry et Billère, ou encore Merlin Rosier formé à Nîmes et Quentin Eymann de Sélestat. Dans la catégorie « papas » il y aura aussi le pivot international argentin Gonzalo Carou (35 ans) qui arrive de Leon et Milan Kosanovic (33 ans) de Crvena Zvezda. Une équipe qui a bien bougé et devra donc vite trouver des automatismes sur les parquets de la 2e meilleure ligue au monde. Au regard du match de barrage face à Créteil, il y a encore un peu de chemin à parcourir. En face, le MAHB a démontré, ce week-end, au Trophée des Champions, toute sa valeur. L’ensemble mené par Diego Simonet est voué à jouer les premiers rôles dans cette D1. Il voudra donc soigner sa rentrée lors de ce déplacement et se mettre tout de suite dans le bon sens. A Montpellier, on joue vite et bien, il y a de la densité physique, du jump. De tout presque. Une équipe déjà enthousiasmante.

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

Arrivé au Trophée des Champions avec l’ambition de le gagner, Nantes est finalement reparti de Tunisie avec deux revers… Inquiétant ? Oui et non. Car on a surtout vu ce que les Ligériens sont capables de produire quand ils sont à côtés de leurs baskets et moins concentrés qu’à l’habitude. Car sous le capot de cette équipe, c’est un énorme moteur qui vrombit. Le problème est toujours de contrôler cette puissance pure. Le défi permanent de Thierry Anti ! Avec Nicolas Claire énorme à la mène, Igor Anic précieux au pivot, un trio espagnol Maqueda, Rivera, Entrerrios qui a du ballon et de l’envie, il y a de la ressource. Ce premier rendez-vous à domicile sera un énorme test face à une formation raphaëloise revancharde désormais dirigée par Joël Da Silva. Dans le Var, à part cette arrivée, le renfort principal se nomme Wissem Hmam pour la défense. Barachet est parti à Paris, Bonnefoi à Cesson-Rennes. On reste donc avec une ossature connue et l’ambition de trouver plus de stabilité que l’année passée. 6e, le SRVHB peut mieux autour de l’excellent Morten Olsen. Il faudra néanmoins composer sans l’arrière droit tchèque Jan Stehlik absent pour quasiment toute la saison (ligaments croisés du genou droit).

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

Vainqueur éclatant du Trophée des Champions dans une finale dominée de la tête et des épaules face à Dunkerque, le PSG Handball a parfaitement lancé sa saison même si sa demi-finale face à Montpellier (gagnée aux penalties) a laissé quelques interrogations. La pression de la reprise ? Probable puisqu’en préparation, l’équipe de Philippe Gardent a tout croqué. Et l’ambition est que cela continue. Avec un groupe tel que celui-ci, cela doit pouvoir marcher mais il faudra toujours être appliqué au maximum car un grain de sable peut toujours bloquer une belle mécanique. A Aix, les plages ne sont pas si loin que ça… alors on fera son possible avant de monter à Paris pour faire le plein de minéraux. Et d’intentions de jeu. Il le faudra car, sur le papier, le match semble tout de même déséquilibré. En préambule de saison, la figure de proue Luka Karabatic parlait en effet d'abord de maintien. Mais avec Noka Serdarusic comme patron technique, la magie peut toujours surgir. Un choc à ne pas manquer.

présentation
infos match
stats équipes
confrontations
top joueurs

Venu au Trophée des Champions avec un effectif marqué par les blessures (Grocaut, Soudry, Mokrani puis Touati) et une préparation moyenne, Dunkerque a démontré, comme l’a si bien dit Patrick Cazal, que "le lion était simplement endormi". Nantes a pu apprécier le poids d’un Benjamin Afgour des deux côtés du terrain, l’esprit de corps d’un ensemble vaillant, volontaire et qui se connaît par cœur. Face à Paris, cependant, l’USDK a coincé et reporté à plus tard la grande bataille en faisant tourner une fois l’affaire entendue. Pour ce rendez-vous de jeudi, il faudra espérer que quelques forces vives seront revenues dans le Nord, car les Bretons viendront sans complexe et avec l’idée de faire un premier coup. Yérime Sylla, le nouveau coach, ex de Dunkerque, aura bien quelques pistes pour faire trembler son ancien club, même si dans les rangs visiteurs, il y a eu des départs notables (Anic, Genty, B.Briffe) à l’intersaison et que l’équilibre n’est plus le même. Un match qui délivrera de nombreux enseignements.