A la découverte de... Boïba Sissoko

06 déc.
À la découverte de...
Alors que Créteil réalise un début de saison loin de ses attentes et pointe actuellement au 13e rang au classement, un joueur parvient à tirer son épingle du jeu: Boïba Sissoko. Utilisé à toutes les sauces, le jeune poids plume n’en finit plus d’étonner.

"Ah si on avait que des Boïba…" Dans les couloirs du Palais des Sports René Oubron, la phrase revient ici et là. Il faut dire que le début de saison réalisé par Créteil est loin d’être idéal. Relégable après dix journées, les Cristoliens accueillent Ivry ce mercredi dans une ambiance forcément pesante. Une chose est sûre, Christophe Mazel pourra compter sur son homme à tout faire du moment, Boïba Sissoko, 22 ans au compteur. Du haut de son 1,74m, ce pur produit du centre de formation cristolien est en effet l’une des rares satisfactions de ce début d’exercice. L’aboutissement d’un travail acharné démarré dès le plus jeune âge.
 

"Boïba a toujours été quelqu’un de très discret, mais de très travailleur, explique Franck Chupin, qui a suivi la formation du jeune homme, arrivé au club dès le mini-hand, dans la foulée de son grand-frère. Il n’a jamais eu un mot plus que l’autre, qui est très professionnel. C’est quelqu’un par exemple qui va chez le kiné, chez le médecin sans qu’on ait besoin de lui rappeler." Discret, travailleur. Des mots que l’on retrouve chez tous ceux qui ont pu le croiser. "Quand il était jeune, il était également très timide. Quand il venait chez moi, il ne disait pas un mot, il ne voulait pas faire de bruit devant mes parents", rigole Nedim Remili, coéquipier depuis le plus jeune âge, devenu depuis son meilleur ami. 

Crédit: Twitter de Boïba Sissoko

Un défenseur hors-pair

Des qualités de travailleur qui n’auraient toutefois pas suffi si le jeune Boïba n’avait pas disposé de qualités de… handballeur. La première d’entre elles, celle qui saute aux yeux, est sa vitesse. Indispensable pour compenser son manque de gabarit. "J’ai rarement vu un joueur aussi rapide", confirme son coéquipier, Mate Sunjic. "Il a également un excellent un-contre-un, des appuis de feu", ajoute Remili. "Je ne suis pas grand, il a fallu compenser, explique pour sa part l’intéressé, admirateur de Luc Abalo. C’est quelqu’un que je regardais beaucoup quand j’étais jeune. J’avais bien son style. Il a du jump, peut jouer sur la base arrière, avec de grosses qualités athlétiques."

Des qualités athlétiques également très présentes chez le Cristolien, qui les met à profit pour briller dans un autre secteur: la défense. "On pense qu’il est petit et frêle, mais il est très dur, c’est quelqu’un de très rugueux", s’exclame Nedim Remili. La plupart du temps utilisé au poste de numéro 2, le jeune Boïba ne rechigne jamais à la tâche, peu importe l’adversaire qui s’avance vers lui. "Il met beaucoup de vitesse et a un excellent timing. Il défend énormément vers l’avant, et il est du coup capable d’arrêter n’importe qui", décrypte Chupin, désormais adjoint de Christophe Mazel. "Cette intensité, il l’a autant en match qu’à l’entraînement. Il n'arrête jamais", glisse Antoine Conta, son ancien coéquipier, passé depuis à Massy. 

Bientôt les retrouvailles avec Nedim Remili...

Reste une interrogation, celle du poste du jeune homme. Formé au poste de demi-centre durant toute sa jeune carrière, il est passé à l’aile à son arrivée chez les pros, pour désormais être utilisé à toutes les sauces par son coach. "Il a toujours su s’adapter, estime Nedim Remili. Quand il a fallu passer à l’aile, il a énormément travailler pour y être performant." De son côté, Boïba Sissoko n’en fait pas une fixation. "Ca ne me perturbe pas plus que cela. Je ne vais pas réinventer le handball, je fais ce qu’on me demande de faire. Tout ça reste du plaisir, glisse-t-il. Pour moi, la polyvalence est un bienfait car le coach sait qu’il y a des blessés, tu es là pour jouer à plusieurs postes."

Alors que se profilent deux duels de rang face au Paris de Nedim Remili, le premier en Coupe de la Ligue, le second en Lidl Starligue, sûr en tout cas que Boïba sera amené à défendre sur celui qu’il considère comme son frère… "Ca va être un duel amusant parce qu’ils se connaissent par coeur", imagine Franck Chupin. "Le fait qu’il ne soit plus là il y a forcément un manque, mais il n’est pas très loin non plus… Maintenant ça va être bizarre de le voir sous un autre maillot. On a toujours défendu l’un contre l’autre depuis des années. On verra comment ça se passer en compétition", conclut Boïba, alors que son ami a déjà quelques élément de réponse:  "Ca va être spécial, forcément… Mais je sais déjà comment ça va se passer: ça va être rugueux !"

Benoît Conta