A la découverte de... O'Brian Nyateu

30 nov.
Divers
Chaque semaine, la LNH vous invite à aller à la rencontre de l’un de ses acteurs les plus en forme du moment. Ce mardi, place à O’Brian Nyateu, le demi-centre de Nantes.

D’entrée, O’Brian Nyateu met les choses au clair. "Je suis demi-centre". Parfois catalogué défenseur ou joueur polyvalent, le Nantais ne voit pas les choses de la même manière. "C’est vrai qu’actuellement on traverse une période où l’équipe a besoin de moi sur différents postes. Mais je suis un demi-centre", souligne le jeune homme, âgé de 22 ans. Sur ce point, Thierry Anti est sur la même longueur d’ondes que son joueur. "Notre objectif, c’est d’en faire un joueur d’avenir au poste de demi-centre. On doit l’utiliser comme ça, estime le technicien, qui voit en lui un joueur complet. Il peut jouer aussi bien en attaque qu’en défense. Il a un bon un contre un, la capacité d’avoir un bon shoot, en plus d’être un très bon défenseur quand il met de l’activité."

Des qualités repérées très tôt par le staff nantais, qui est allé le chercher à l’âge de 16 ans, du côté de Lormont, en Gironde. A 17 ans, le jeune O’Brian est même lancé dans le grand bain de la Divison 1 pour trois matches durant lesquels il impressionne. S’ensuit alors une double opération des tendons rotuliens des deux genoux qui laisse le natif de Bordeaux sur le flanc durant un peu plus d’un an. "Il a eu beaucoup de courage de surmonter tout ça", glisse son coach. "On se pose la question de savoir si on va revenir à son meilleur niveau mais au final ça passe vite. Je ne suis pas non plus resté un an à ne rien faire. J’ai pu travailler sur des choses que je n’avais pas fait avant, comme la musculation", lance le jeune homme, qui s’est imposé un autre axe de travail, celui de composer avec un caractère bien trempé.

Feliho: "Un bon soldat, je sais que je peux compter sur lui"

Sûr de lui, O’Brian Nyateu a parfois eu du mal à accepter les remarques, à contenir sa frustration. "Il a parfois fallu le ramener dans la bergerie, sourit Rock Feliho, le capitaine du H. « OB » c’est quelqu’un d’entier, quelqu’un qui a envie de prouver plein de choses car il est pétri de talents. Mais il a travaillé sur lui, il a compris qu’il fallait travailler, que ce qu’on pouvait lui dire, c’est pour son bien. Il a su apprendre de ses erreurs." De quoi faire de lui un des éléments cadres de l’équipe ligérienne. "C’est un bon soldat. Je sais que je peux compter sur lui, ajoute celui qui a rapidement joué les grands frères avec son « petit ». On dit parfois que c’est encore un jeune joueur, mais ça fait quelque temps qu’il est avec nous quand même, et qu’il a un rôle important. Je me souviens que lors du Final Four de Coupe de l’EHF en 2013, il avait 20 ans et il n’était pas loin d’être celui qui nous tenait."

Mais alors que lui manque-t-il pour passer un dernier cap, et enfin trouver une place à part entière sur le pan offensif au poste de demi-centre ? "Il a encore tendance à s’énerver et à vendanger des ballons importants, se justifie Thierry Anti. Jouer à ce poste, ça demande de la rigueur, de l’expérience pour juger les moments ou il faut faire ou ne pas faire son action. Il a encore un peu tendance à s’échapper d’un match, s’échapper de cette rigueur. Ca peut arriver sur une décision arbitrale, où il ne va pas supporter une injustice. Il faut qu’il arrive à intégrer ça car il va en voir d’autres." Un processus qu’O’Brian Nyateu aimerait accélérer. "Je me suis fixé des objectifs cette saison, notamment sur la gestion des temps faibles, sur la rigueur. Je pense que c’est plutôt positif sur ces points. Mais pour progresser il faut que je joue, et j’ai besoin de jouer au poste de demi-centre", souffle-t-il. Un brin d’impatience qui n’inquiète pas plus que cela Rock Feliho. "Il a tellement de qualités que lorsque tout ira dans le bon sens, ça pourrait faire très mal", conclut le capitaine nantais.

Benoît Conta