close


Olivier Girault « …des joueurs sans qui le spectacle ne serait plus. »

03 avril
Entretien
Alors que de nombreux joueurs européens s’unissent aujourd’hui pour prendre la parole avec la campagne « Don’t Play The Players » et clament leur mécontentement contre le rythme effréné des compétitions internationales, Olivier Girault ancien capitaine des Bleus (235 sélections), aujourd’hui président de la LNH, prend la parole.

« Evidemment que l’intégrité physique des joueurs doit rester au centre de nos préoccupations. Notre sport a beaucoup évolué ces dernières années, le jeu va plus vite, les sauts plus haut, les contacts sont plus forts et les joueurs sont devenus des athlètes dont les capacités physiques sont optimisées et exploitées à leur maximum. Et à côté de cela, les enjeux marketing, médiatiques et économiques ont également grandi mais il ne faut pas qu’ils prennent le pas sur la santé des joueurs sans qui le spectacle ne serait plus. »

Au niveau national, comment est prise en compte la santé des joueurs ?

« Il faut savoir que l’on est en permanence à l’écoute des partenaires sociaux (représentants des joueurs, des entraineurs et des clubs) qui sont systématiquement intégrés aux groupes de travail lorsqu’il s’agit des compétitions et de la santé des joueurs. Cela aide à réformer les formats des compétitions et à bâtir des calendriers les plus respectueux possible de la santé des joueurs, et même si c’est parfois un casse-tête »

Comment cela se traduit-il concrètement ?

« Nous adoptons les formats de compétitions et le calendrier de chaque saison en prenant en compte l’avis des joueurs et le respect de l’intégrité physique des athlètes. Puis, en cours de saison, dès qu’on le peut et avec l’aide de notre diffuseur beIN SPORTS, nous aménageons les calendriers des équipes qui avancent en coupes d’Europe et qui sont bien souvent composées de nombreux joueurs internationaux qui disputent le plus de matchs. Nous sommes attentifs aux temps de récupération, aux déplacements pour qu’ils puissent à la fois performer et préserver leur intégrité physique. Le dernier exemple en date, l’aménagement du calendrier de Nantes qui a obtenu un jour de repos de plus que Rhein Neckar en ligue des champions et qui a dû faire uniquement un court déplacement en championnat, chez son voisin Cesson-Rennes, avant ce 1/8ème de finale. Cela a peut-être contribué, un petit peu, à la qualification du H. Un autre exemple sera effectif dès la saison prochaine avec la suppression d’un match du Trophée des Champions tandis que sont à l’étude la possibilité d’alléger le programme des coupes pour les équipes les plus sollicitées. »

Avec entre autres Nikola Karabatic, Mikkel Hansen, Niklas Landin ou encore Uwe Gensheimer et Gonzalo Perez de Vargas, ce sont des ambassadeurs de poids qui portent le message d’alerte du Syndicat Européen des Joueurs de Handball (EPHU) auprès des instances internationales ; un geste fort qui aura certainement des suites.

Vidéo et visuels relayés par les joueurs européens
LNH