close


Une saison en 14 stats

24 juin
Infos
Découvrez chaque jour une statistique par équipe de cette Lidl Starligue cuvée 2018/2019.

1/ Paris

32,88 buts par match, meilleure attaque

Avec 32,88 buts par match, Paris a terminé la saison avec la meilleure attaque de toute la Lidl Starligue, devant Nantes (30,77) et Saint-Raphaël (29,46). Une stats parmi d'autres pour le PSG, qui a remporté le 6e titre de son histoire, le cinquième de rang. Un titre qui doit énormément à la série de 22 matches sans défaite produite par les hommes de Raul Gonzalez, de la rentrée à la J23, et une défaite, la seule de la saison, concédée à Saint-Raphaël (33-31). Deuxième meilleure défense du championnat avec 25,23 buts encaissés par rencontre, le club francilien a signé une saison pleine, en empochant au passage la Coupe de la Ligue. D'un point de vue plus individuel, on pourra noter les 115 buts dans le champ de Nedim Remili, meilleur buteur de la saison, hors penalties. 

2/ Montpellier

Melvyn Richardson, premier MVP au MHB depuis 2011

Désigné MVP de la saison, Melvyn Richardson est le premier joueur de Montpellier à recevoir ce trophée depuis la saison 2010/2011 et la disctinction reçue par William Accambray. Une belle récompense pour le meilleur arrière droit de la saison, auteur de 162 buts. Parmi les autres stats concernant le MHB, la troupe de Patrice Canayer, finalement deuxième du classement, conclut la saison avec la 6e attaque (28,46 buts par match) et la 5e défense (25,62 buts encaissés en moyenne). On notera également le record de Vid Kavticnik, auteur de 14 buts, record de la saison avec Raphaël Caucheteux, face à... Saint-Raphaël, en J11. 

3/ Chambéry

25,19 buts par match, meilleure défense

Avec 25,19 buts encaissés par match, Chambéry termine cette saison 2018/2019 avec la meilleure défense de Lidl Starligue, en dominant d'un souffle Paris (25,23, soit... un but de plus encaissé) et Dunkerque (25,50). Une performance qui doit à l'efficacité de la défense savoyarde, magnifiée par le travail de Yann Genty, désigné meilleur gardien de la saison, avec pas moins de 320 arrêts, à 37%. De quoi permettre aux Chambériens de retrouver une place sur le podium qui les fuyait depuis... huit ans, et l'exercice 2011/2012 terminé à la deuxième place. Une saison à confirmer dès septembre prochain !

4/ Nantes

Au pied du podium pour la première fois depuis 4 ans

Après trois saisons sur le podium, Nantes a reculé d'un rang, cette saison, pour terminer à la 4e place. Une saison sans titre, ni finale, une première depuis 2013/2014, qui marque un léger coup d'arrêt dans la progression supersonique du "H" depuis son arrivée en Lidl Starligue, il y a seulement 11 ans. Deuxième attaque de la saison avec 30,77 buts inscrits par match, le club ligérien, qui a dû composer avec la grave blessure de Cyril Dumoulin, a en revanche terminé la saison avec la 6e défense, avec 27,31 buts encaissés. Du côté des performances individuelles, on notera les 136 buts de Valero Rivera, 6e meilleur buteur de Lidl Starligue. Place désormais à un été charnière, avec le départ probable de Thierry Anti et son remplacement par Alberto Entrerrios. 

5/ Nîmes

Première qualification européenne depuis 25 ans

Cette fois, Nîmes a tenu le choc. Après avoir manqué ses deuxièmes parties de saison ces dernières années, l'Usam a cette fois tenu bon durant l'année 2019, pour terminer cet exercice 2018/2019 avec la 5e place, synonyme de qualification pour la Coupe EHF. Une première depuis la saison 1994/1995 pour les Gardois, qui vont à nouveau goûter aux parfums européens. Collectivement, l'Usam conclut la saison avec la 5e attaque (28,73 buts par match) et la 7e défense (27,69 buts encaissés). Individuellement, on notera les performances de Rémi Desbonnet, deuxième meilleur gardien au nombre d'arrêts (266 à 31%) et de Mohammad Sanad, troisième meilleur buteur de la saison avec 159 buts. 

6/ Aix

Première participation à une Coupe d'Europe

Cinquième l'an passé, Aix a découvert la Coupe EHF, cette saison. Le temps d'un épique voyage en Islande, puis d'une élimination frustrante face à Holstebro, le Pauc a ainsi goûté aux joies européennes. Sur le front hexagonal, les hommes de Jérôme Fernandez auront reculé d'une place, eux qui présente au final la 4e défense de Lidl Starligue (25,62 buts encaissés par match), mais la 9e attaque, avec 26,81 buts par match. Du côté des performances individuelles, on notera la montée en puissance d'Aymeric Minne, deuxième meilleur buteur du championnat sans les penaltys avec 116 réalisations. 

7/ Saint-Raphaël

Avec 179 buts, Raphaël Caucheteux est le meilleur buteur de Lidl Starligue

Pour la deuxième année de rang, Raphaël Caucheteux a terminé la saison avec le titre de meilleur buteur. Distancé par Melvyn Richardson à la mi-saison, l'ailier gauche varois a su terminer en trombe, pour totaliser 179 réalisations, dont 75 penaltys. Une performance qui n'aura pas empêché la reculade du SRVHB au classement, puisque pour la première fois depuis 2013/2014, les Raphaélois terminent hors du Top 5, à la 7e place, son plus mauvais classement depuis son retour dans l'élite, en 2007. Troisième attaque avec 29,46 buts inscrits en moyenne, Saint-Raphaël termine en revanche avec la 10e défense, et 28,62 buts encaissés par rencontre. 

8/ Toulouse

10 matches sans victoire pour démarrer la saison...

Septième lors de l'exercice précédent, Toulouse avait pour ambition de mieux faire cette saison. Une mission manquée pour le Fenix, finalement 8e. La faute à un début de saison raté, avec une interminable série de dix matches sans victoire (dont deux matches nuls). Malgré six victoires en sept matches dans la foulée, ce qui aura permis aux hommes de Philippe Gardent de rapidement prendre ses distances avec la zone rouge, l'écart était bien trop conséquent pour espérer faire un retour dans la première partie du classement. Au final, les Toulousains présentent tout de même la 4e meilleure attaque du championnat (29,12 buts inscrits en moyenne), mais seulement la douzième défense, avec 29,35 buts encaissés par match. Du côté des performances individuelles, on notera la belle effiacité de Markus Olsson dans la deuxième partie de saison, avec au final 114 buts inscrits... soit un de plus que son coéquipier, Ferran Solé. 

9/ Tremblay

Meilleur classement depuis 2011

Promu la saison passée, Tremblay serait-il en train de retrouver des couleurs ? Toujours est-il que la troupe de Benjamin Braux a pris la 9e place, son meilleur classement depuis la saison 2010/2011, et une 7e place. Une place que les Franciliens doivent avant tout à leur attaque, la 8e de Lidl Starligue (27,38 buts par match), puisque leur défense prend l'avant-dernière place du classement, avec 29,77 buts encaissés par match. Un rang qui peut notamment s'expliquer par le manque d'efficacité des deux gardiens, Patrice Annonay et Darko Arsic, qui présentent deux des trois plus mauvais pourventages d'effacité au sein du Top 20 des gardiens (148 arrêts à 26,38% pour le premier, et 118 arrêts à 26,58% pour le second). Du côté des buteurs, la belle surprise s'appelle Pedro Portela, auteur de 101 buts pour sa première saison en France. 

10/ Dunkerque

Plus mauvais classement depuis 2000

Dixième du classement au terme de la saison, Dunkerque n'avait pas fini à un tel rang depuis la saison 1999/2000. Une éternité pour l'USDK, qui était depuis parvenu à rester dans la première partie du classement. Alors que l'effectif a été sérieusement rajeuni avec les départs de Bastien Lamon ou Mickaël Grocaut, les Dunkerquois ont une nouvelle fois péché en attaque, avec la 13e attaque de Lidl Starligue, avec 24,58 buts inscrits par match. Des difficultés offensives pas assez compensées par la réussite de la défense, la 3e du championnat, avec 25,50 buts encaissés par rencontre. Au rayon performances indidivuelles, on notera la 10e place au classement des buteurs de Baptiste Butto, auteur de 121 buts, dont 60 penaltys. 

11/ Istres

0 victoire sur les 15 premières rencontres

Champion de Proligue et auteur d'un joli parcours jusqu'au Final4 de la Coupe de la Ligue, Istres pensait arriver lancé pour aborder cet exercice 2018/2019 de Lidl Starligue. Au final, les hommes de Gilles Derot ont traversé la premère partie de saison de manière laborieuse, avec seulement deux matches nuls glanés sur la phase aller. Il a fallu attendre la J16, et un succès à l'arrachée dans le derby face à Aix (25-24), pour lancer une série de trois victoires et croire à nouveau au maintien. Un maintien acquis avec 14 points, grâce notamment à l'apport de Théo Derot, venu donner un dernier coup de main avant de prendre sa retraite. Au final, les Provençaux concluent la saison avec la 10e attaque, avec 26 buts par match, et la 11e défense, avec 29,08 buts encaissés. Côté individuel, on notera la 8e place chez les gardiens de Robin Cappelle (192 arrêts à 28%), qui jouait sa dernière saison à ce niveau. 

12/ Ivry

Une victoire à Montpellier... puis 8 défaites de suite

Douzième du classement, Ivry a terminé la saison avec un petit point d’avance sur Cesson-Rennes, le premier relégable. Une marge infime qui s’explique par la fin de saison difficile vécue par les hommes de Sébastien Quintallet. Après une participation au Final4 de Coupe de la Ligue, les Ivryens avaient pourtant signé un authentique exploit en s’imposant à Montpellier, en J18 (30-32). Peine perdue, les Franciliens enchaînent ensuite 8 revers de suite pour finir la saison. Au final, les coéquipiers de Johan Boisedu terminent avec la 11e attaque (25,12 buts par match) et la 9e défense (28,50 buts encaissés par match). Au rayon individuel, Morten Vium (5e meilleur buteur de LSL avec 138 buts) et Mate Sunjic (5e gardien avec 225 arrêts à 30%) se sont particulièrement mis en évidence. 

13/ Cesson-Rennes

Après dix saisons de rang en Lidl Starligue, Cesson-Rennes, treizième avec 9 points au compteur, évoluera en Proligue, la saison prochaine. La faute à une vilaine série de 17 matches sans victoire démarrée le 14 novembre, à la suite d’un ultime succès face à Pontault-Combault, en J9 (22-17). Plus mauvaise attaque du championnat avec 23,04 buts inscrits par match, les hommes de Christian Gaudin, 8e défense avec 27,96 buts encaissés par match, n’ont pas réussi à profiter de l’inauguration en deuxième partie de saison de leur Arena, qui n’a donc toujours pas connu le parfum de la victoire. Rayon individuel, on notera les 112 buts de Jean-Jacques Acquevillo, 15e meilleur buteur de LSL et convoqué par Didier Dinart en équipe de France. 

14/ Pontault-Combault

30,27 buts encaissés par match, plus mauvaise défense

De retour en Lidl Starligue après dix ans d’absence, Pontault-Combault savait sa mission maintien délicate, puisqu’aucun club ayant réussi à monter dans l’élite via les playoffs n’avait jusque-là réussi à se maintenir. Finalement quatorzième avec trois victoires au compteur, les Pontellois n’auront pas échappé à leur sort, la faute notamment à une défense trop poreuse, la plus mauvaise de la saison, avec 30,27 buts encaissés par match en moyenne. Une perméabilité qui aura tout de même permis à Robin Cantegrel, 3e meilleur gardien avec 242 arrêts à 33%, de se mettre en évidence pour décrocher sa première sélection chez les Bleus. Du côté offensif, les coéquipiers de Steve Marie-Joseph (105 buts) concluent l’exercice avec la 12e attaque de la saison, avec 24,96 buts inscrits par rencontre. 

LNH