close


Tour des clubs - Nîmes, confirmation attendue

23 août
Tour de France
Après un exercice pleinement réussi qui lui aura permis de retrouver la Coupe d’Europe, Nîmes sait que le plus dur l’attend désormais. La saison de la confirmation sera scrutée du côté du Gard…

Au vert depuis le début du mois de juin, voire même un peu plus tôt, les compteurs de Nîmes sont désormais remis à zéro. Franck Maurice le sait, son équipe est attendue au tournant. "C’est une saison où l’on va devoir confirmer tout ce que l’on a mis en place, et ce dans un environnement encore plus concurrentiel", estime le coach gardois. Confirmer une saison pleinement réussie, conclue à la 5e place, ticket européen à la clé, une première depuis 25 ans dans le Gard. "C’était une saison extraordinaire, souligne le technicien. On a réussi à faire ce que l’on voulait faire. On a notamment perdu très peu de points face aux équipes moins bien classée, et puis on a cette fois réussi notre deuxième partie de saison, en changeant notre approche de la trêve. On a tout misé sur ce premier match de février, face à Saint-Raphaël, un concurrent direct, que l’on a réussi à battre (30-28)."

Les Nîmois sont alors lancés, et ne quitteront plus le Top 5. Un Top 5 que les coéquipiers de Julien Rebichon aimeraient atteindre à nouveau. "On veut être à la bagarre pour les places européennes, confirme Franck Maurice. Maintenant on sait que ce sera dur, lorsque que l’on voit comment Aix s’est renforcé, le nouveau cycle de Montpellier, le fait que Nantes ne soit pas si affaibli que l’on veuille bien le dire, que Chambéry soit sur la dynamique de la saison passée... Sans oublier Paris qui sera intouchable. Et puis Saint-Raf sera encore très solide, tandis que Dunkerque veut retrouver de l’éclat." De quoi promettre un spectacle somptueux au grand public de la Lidl Starligue… et bien du travail à l’Usam.

Des objectifs un peu partout

Pour se faire, le club gardois a ciblé son recrutement avec deux nouvelles têtes à la reprise, Michaël Guigou et Jean-Jacques Acquevillo. "On avait envie de nouveauté, mais tout en gardant nos racines, notre fraîcheur. On a ajouté de l’expérience avec Mica et de la densité et de la force de frappe avec Jean-Jacques, décrypte l’entraîneur, ravi d’accueillir un double-champion olympique dans son effectif. C’est quelqu’un qui a un immense talent, et qui a rapidement fait l’unanimité. Il est arrivé avec beaucoup d’humilité. Il sera utilisé à l’aile gauche, mais aussi sur le poste de demi-centre, où il apportera un profil différent de celui d’O’Brian Nyateu. Ca pourrait compter dans les moments importants au sein d'un effectif où personne n’a connu la Coupe d’Europe dans un rôle de leader par exemple."

Une Coupe d’Europe que la Green Team va découvrir, après 25 années d’absence. "On ne va pas parler de nouveau rythme tout de suite, car s’il se met en place, ça sera en février. En attendant on a un 3e tour à jouer au mois de novembre. Il faudra gérer la charge émotionnelle inhérente à ces deux matches. On va tout découvrir, ça sera intense à vivre. On dispute d’ailleurs un tournoi à l’étranger durant notre préparation pour se créer quelques repères, conclut l’ancien demi-centre. L’objectif c’est vraiment la phase de poules. Et puis, on s’est aussi dit qu’après notre finale de Coupe de France en 2018, on regoûterait bien à une finale ou un Final4 en Coupe nationale. On a 17 joueurs pros, je pense qu’on peut voyager et jouer plusieurs tableaux." Pas mal de compteurs à passer au vert… 

Benoît Conta

L'effectif

Gardien de but: Rémi Desbonnet, Téodor Paul 
Aile gauche: Julien Rebichon, Michaël Guigou
Arrière gauche: Elohim Prandi, Quentin Dupuy, Jean-Jacques Acquevillo
Demi-centre: O'Brian Nyateu
Arrière droit: Micke Brasseleur, Luc Tobie
Aile droite: Mohammad Sanad, Steven George, Romain Tesio
Pivot: Rémi Salou, Nicolas Nieto, Benjamin Gallego, Hichem Kaabeche

Défenseur: Aurélien Padolus

LNH