close


Tour des clubs - Chambéry veut s'installer

28 août
Tour de France
Après une saison pleinement réussie, Chambéry ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. La troupe d’Erick Mathé espère désormais prendre ses aises en haut du classement.

Une renaissance. Après six saisons loin du podium, dont la dernière, complètement ratée, terminée à la 9e place, Chambéry était loin de s’imaginer pouvoir vivre un exercice comme celui vécu l’an passé. "Je ne veux pas parler de saison exceptionnelle car j’aimerais que cela se reproduise, mais oui, c’était une très belle saison", sourit Erick Mathé, après avoir amené son équipe jusqu’à la troisième place, tout en offrant une Coupe de France, premier trophée glané depuis le Trophée des champions 2013. 

"Dès mon arrivée, j’ai senti chez les joueurs une envie d’effacer les mauvaises années, note le technicien. On a fait une belle prépa, avec une seule défaite, et ça s’est bien enchaîné en championnat. Après, une fois que la dynamique est lancée, les joueurs se sont sentis en confiance, ont vu qu’ils étaient dans le vrai et n’ont plus voulu lâcher. La petite inquiétude, était plutôt de savoir si on parviendrait à se relancer en février. On a perdu les deux premiers face à Nantes et Montpellier, mais ensuite, on s’est bien accrochés."

Deux départs pour trois arrivées

Portés par un Yann Genty diabolique, les Savoyards parviennent au final à tenir à distance Nantes, pour grimper sur le podium. Un parcours que les Chambériens saupoudrent d’une victoire en Coupe de France, à l’AccorHotels Arena, après avoir notamment dominé Nantes, Montpellier et Dunkerque, en finale. De quoi s’offrir un incroyable moment de communion avec leur public. "C’était énorme, reconnaît Mathé. Pour Paris, on avait affrété un TGV, qui a été plein en moins de 24h. On a senti dans la ville un engouement exceptionnel. C’était magique."

Des moments qu’il faut désormais mettre dans la boîte à souvenirs, pour se projeter vers l’avenir. Ce sera sans Niko Mindegia et Quentin Minel, les deux demi-centres. "On a perdu nos deux demis, ce qui n’est jamais une mince affaire, et puis on s’est ajouté une équation budgétaire qui était de remplacer ces deux joueurs par trois joueurs, puisqu’on a souhaité doubler le poste d’arrière droit, décrypte le coach savoyard, alors que Jean-Loup Faustin, Lukas Von Deschwanden et le gaucher Demis Grigoras ont rejoint le navire. On n’aura pas le même type de jeu, mais ça se passe bien pour le moment."

Le rendez-vous est donc pris pour le 4 septembre, et la reprise de la Lidl Starligue. Chambéry sera alors attendu au tournant. "Mais qu’on soit attendu, c’est bien. Ça prouve qu’on est crédibles et respectés. C’est une belle marque de respect, conclut le coach, avant d’évoquer les ambitions de son collectif. Je ne vais pas dire qu’on va être troisièmes et qu’on va glaner un titre. Déjà un des deux, on serait comblés. Mais l’idée première, c’est de se stabiliser dans les places européennes, donc au sein du Top 5. En Coupe EHF, on aimerait atteindre les quarts de finale. On ne se bat pas toute une saison pour se qualifier et s’arrêter au troisième tour."

Benoît Conta

L'effectif

Gardien de but: Yann Genty, Julien Meyer
Aile gauche: Arthur Anquetil, Queido Traoré
Arrière gauche: Romain Briffe, Alejandro Costoya, Gerdas Babarskas
Demi-centre: Jean-Loup Faustin, Lukas Von Deschwanden
Arrière droit: Alexandre Tritta, Demis Grigoras
Aile droite: Fahrudin Melic, Benjamin Richert
Pivot: Pierre Paturel, Johannes Marescot, Hugo Brouzet

LNH