close


Tour de France - Montpellier, opération rebond

11 sept.
Tour de France
Après une saison avortée et aux résultats mitigés, Montpellier espère bien surmonter sa frustration pour remonter sur le podium en mai prochain

Quatre ans. Jamais, depuis 2016, Montpellier n’avait pas figuré sur le podium de la Lidl Starligue. Alors en 2020, ne pas voir le club héraultais dans le top 3 du classement, c’était un peu un événement, même si pas forcément dans le bon sens du terme. Mais avec quatre défaites sur les cinq dernières journées de championnat disputées, six au total, difficile d’espérer mieux, surtout quand la concurrence carbure. “Il y a de la frustration de ne pas avoir été au bout de la saison, et de la déception de finir quatrième, car je pense qu’on aurait pu faire mieux au vu du calendrier qu’il nous restait à jouer. Mais on a accepté le verdict et toutes les décisions prises allaient dans le bon sens” souligne le manager général Patrice Canayer. Qui, s’il a été été déçu de la place obtenue par ses hommes, aurait également bien aimé prolonger l’aventure européenne, arrêtée en huitièmes de finale de Champions League. “Voir que le Final Four va se disputer sans qu’on ait joué les huitièmes de finale est, selon moi, illogique. Cette compétition, c’est un an pour se qualifier, six mois pour sortir des groupes, et ne pas pouvoir jouer nos chances reste une vraie frustration. Celle-ci doit être un moteur pour la saison prochain”

Gommer l'inconstance de la saison passée

C’est donc avec un état d’esprit revanchard que le MHB se plonge dans la future saison. Quatre départs pour trois arrivées, on est bien loin du grand turnover qui avait eu lieu l’été passé. “Beaucoup de choses m’ont plu la saison passée, il nous a juste manqué de la constance. J’espère que l’expérience de la saison dernière, ainsi que notre recrutement, va nous permettre de remédier à cela” explique Canayer, qui a vu arriver l’ailier gauche suédois Lucas Pellas, le pivot portugais Alexis Borges et l’arrière gauche d’Ivry Benjamin Bataille, tout en enregistrant quatre départs : Nikola Portner (Chambéry), Mohammed Soussi (Tremblay), Mathieu Grébille (Paris) et Benjamin Afgour (Dunkerque).

Remporter un trophée, l'objectif numéro 1

Après avoir du laisser place à Nantes et à Nîmes aux côtés de Paris sur le podium, Montpellier peut-il reprendre la main sur ses adversaires ? En tout cas, aux dires de son entraineur, les signaux sont au vert alors que la préparation estivale arrive à son terme, et alors que Montpellier entamera sa campagne de Lidl Starligue face à Chartres le 26 septembre. Avec des objectifs simples : “Jouer la saison entièrement et dans les meilleures conditions possibles. Et qu’on ramène un ou des trophées à Montpellier.” En tout cas, au MHB, on a tout fait pour préparer cette saison comme n’importe quelle autre : “On ne pense pas à l’environnement, on a décidé de se mettre dans une bulle avec les joueurs. Je sais qu’en tant que manager général, la situation est anxiogène car le club fait vivre 60 familles, mais je ne veux pas que cela se ressente sur la performance sportive.”

Kevin Domas, photos : S. Pillaud, Patricia Sports