close


Tour de France - Au Cavigal, le club avant tout !

16 sept.
Tour de France
Après sa neuvième place de la saison passée, le Cavigal Nice espère bien rééditer une telle performance. Tout en gardant les pieds sur terre et en misant surtout sur le projet de son club.

Pontault, Cherbourg, Limoges, Dijon, presque tous les concurrents à la montée ont laissé des points face au Cavigal Nice la saison passée. Ajoutez à cela une neuvième place finale au championnat, deux lauréats aux Trophées LNH (Alexis Bon, meilleur arrière droit, et Asier Antonio, meilleur entraineur), le tout avec un des plus petits budgets du championnat et vous obtenez une saison 2019/20 réussie. Enfin, c’est ce qu’on aurait dit, mais l’entraineur semble ne pas y porter plus d’attention que cela…”Je suis beaucoup plus satisfait du projet de club que nous mettons en place que de notre place en championnat. Bien sûr qu’on a pris du plaisir et qu’à partir de l’automne, les joueurs ont pris confiance car ils n’étaient plus stressés par l’idée du maintien. Mais c’est une performance globale du club dont je veux me féliciter” dit Asier Antonio, alors qu’il vient de vivre sa première année en tant que numéro un.

Des départs inévitables mais certains cadres sont restés

Si l’été dernier, tout avait été à reconstruire ou presque au Cavigal, avec le départ ajouté de l’entraineur Edu Fernandez, cette fois, Asier Antonio a gagné un peu de temps. Six arrivées, avec pour but de remplacer les cadres qu’étaient Jordi Deumal, Clément Gaudin ou Davide Bulzamini. “C’est normal que ces joueurs partent, pour aller chercher des clubs de première division ou qui les payent mieux. Mais je veux surtout me focaliser sur les joueurs que nous avons su garder : Alexis Bon, Manu Crivelli…On va travailler, pour créer un nouveau groupe et aller chercher le maintien le plus vite possible, pour pouvoir travailler tranquillement” continue Antonio.

Rester maitre de ses émotions

Après une saison comme celle-ci, le Cavigal se satisferait-il d’une simple douzième place et de la garantie d’évoluer en Proligue en 2021/22 ? A en écouter son coach, ce n’est pas tant une affaire de classement que d’état d’esprit. “J’ai envie qu’on continue dans le même schéma. Où cela va-t-il nous mener ? Aucune idée ! Peut-être qu’on va finir septième et on ne sera pas content et peut-être qu’on sera douzième en étant super heureux” tempère Antonio. Qui s’attend, en revanche, à une saison pas comme les autres. “Il va falloir contrôler ses émotions, son stress. On sait qu’en faisant très attention, on peut tomber malade si on enlève son masque deux secondes chez Auchan. L’équipe qui arrivera à ne pas y penser sera certainement plus forte que les autres” termine-t-il.

Kevin Domas