close


Cherbourg et Massy compostent leur billet pour les play-offs, Dijon devra attendre

16 avril
Résumé match
Dans la course aux play-offs, Cherbourg et Massy ont validé leur ticket tandis que, victime d'Angers, Dijon devra encore patienter.

Après trois matchs sans victoire, Cherbourg a retrouvé le chemin du succès du côté de Strasbourg (33:30). Portés par la doublette Vanegue-Tabanguet, auteurs de 22 buts à tous les deux, les mauves ont mis la main sur le match dès les premiers instants, pour compter jusqu'à six buts d'écart à plusieurs reprises. Cette victoire leur permet de valider leur billet pour les play-offs, où ils seront accompagnés du Massy Essonne Handball. Les joueurs de Jérémy Roussel ont été s'imposer d'une courte tête du côté de Besançon (31:30). S'ils comptaient quatre longueurs d'avance en vue de l'arrivée, après qu'Edson Imare ait inscrit son neuvième but, les Massicois se sont fait peur dans la dernière minute, tandis que le GBDH recollait au score. Mais ils ont réussi à conserver leur pécule et à repartir avec deux points précieux.

Dijon, en revanche, a fait la mauvaise affaire de la soirée en allant s'incliner du côté d'Angers (24:27). Malmenés pendant soixante minutes par un Maxence Rizzi en folie dans sa cage (23 arrêts à 50% d'efficacité), les Dijonnais n'ont pas pu empêcher les Angevins de creuser le trou au score. Grâce à cette victoire, le SCO laisse la place de lanterne rouge à Sarrebourg. Dans le même temps, Nice peut encore croire en sa bonne étoile, malgré la défaite à Nancy (32:34). Dans le match pendant cinquante-huit minutes, les joueurs du Cavogal ont en revanche raté leur money-time. Axel Oppedisano, pourtant meilleur buteur de la partie avec 10 réalisations, a raté le sept mètres décisif dans les derniers instants.

Enfin, dans le dernier match de la soirée, Billère a signé un beau renversement de situation face à Sélestat pour s'imposer 32 à 29. Les Béarnais ont compté jusqu'à six buts de retard mais ont été capables de renverser la vapeur après le repos, notamment grâce aux 19 arrêts de Joris Labro.

 

Crédit photo : Vokz Vision

La vingt-troisième journée