close


Le comité directeur accueille 3 nouveaux membres

29 oct.
Reportage
Le comité directeur de la LNH est un rouage essentiel du développement du handball professionnel masculin.

Chaque mois, les seize membres du comité directeur de la LNH se mettent autour d’une table ou conversent via une conférence téléphonique afin de débattre des sujets d’actualité et des projets de développement de l’activité. Le rituel est immuable, le rendez-vous déterminant dans les stratégies mises en place visant, évidemment, à poser l’équilibre sur la gestion des clubs de Lidl Starligue et de la Proligue. Cette saison, Vincent Gérard (représentant des joueurs), Erick Mathé (représentant des entraîneurs), Duarte Da Costa (représentant de la Proligue et directeur général de Saran) ont fait leur entrée au comité directeur répondant, ainsi, au souci d’un dialogue avec tous les corps de « métier » et d’une plus grande compréhension des problématiques de l’activité.

Un engagement que les nouveaux arrivants ont chevillé au corps si l’on en croit leur discours d’investiture. « C’est une volonté de m’impliquer, assure Duarte Da Costa, avec mes collègues pour l’avenir. » Vincent Gérard, également président du syndicat des joueurs, qui avoue dans un large sourire avoir toujours « souhaité faire connaître mes opinions » évoque, aujourd’hui, sa volonté de « faire entendre la voix des joueurs. » « Le handball m’a tellement apporté que je me sens le devoir de le servir autant que les joueurs qui se trouvent parfois confrontés à des problématiques économiques, de calendrier ou encore de reconversion. » Erick Mathé qui a succédé à Thierry Anti partage les mêmes convictions à l’égard de sa corporation. « Les entraîneurs ne peuvent pas râler et ne pas s’impliquer. C’est dans ce sens que je suis entré au comité. Pour me faire l’écho de la parole des autres à une période où les évolutions sont considérables dans notre sport. »

Le gardien de but international du PSG est également, depuis quelques mois, le président de l'Association des Joueurs Professionnels de Handball (AJPH).

Un lieu d’échanges et de propositions

La somme des travaux, les sujets de réflexion sont divers et variés et font, on s’en doute, l’objet de discussions constantes et peut-être même contradictoires. « On ne sent pas d‘opposition franche, de blocage, témoigne Vincent Gérard. Selon sa position, joueur, dirigeant, décideur ou entraîneur, les divergences peuvent apparaître selon les intérêts de chacun. Mais, justement, cet échange de vues permet d’élargir le débat, de mesurer, surtout, les priorités. » « Ces comités directeurs, reconnait, convaincu, Duarte Da Costa, sont un lieu de débat, d’échanges et de propositions. Je suis admiratif de la qualité des intervenants, de leur capacité de réaction. On comprend vite d’ailleurs que l’intérêt général prévaut sur les demandes individuelles. »

Parmi les sujets récurrents le futur calendrier, avec la réforme dès la saison prochaine de la Ligue des Champions qui imposera ses matches en milieu de semaine, tient une place prioritaire. Tout comme l’instauration, à plus ou moins brève échéance, d’un championnat de Lidl Starligue à 16 clubs ou encore la surcharge de matches pour les Internationaux, les acteurs de la Ligue des Champions, de la Coupe EHF et le développement (de plus en plus conséquent) de la Proligue. Selon son étiquette, les thèmes ont plus ou moins de considération.

« On n’est pas dans l’immobilisme. »
Depuis le départ à l'étranger de Thierry Anti, Erick Mathé (à droite) est le représentant des entraîneurs au Comité Directeur de la LNH

« Concernant les joueurs, remarque pourtant Vincent Gérard, il y a d’autres préoccupations tout aussi essentielles comme leur reconversion, leurs droits. On finance, déjà, par exemple, des bilans de compétence et nous disposons d’un catalogue de formations afin de préparer au mieux leur avenir. » Duarte Da Costa parle du mode de développement des clubs de Proligue largement inspiré de la Lidl Starligue.

« Nous disposons aujourd’hui d’un cahier des charges structurant. Les clubs ne misent pas tout sur le salaire des joueurs, ils investissent dans le marketing, dans leurs infrastructures. C’est même la quête qu’ils poursuivent. » Chaque comité directeur est l’occasion de rappeler tous ces thèmes, de les approfondir et de les affiner. Tout ce travail souterrain a largement contribué à la formidable évolution des Championnats professionnels depuis dix ans maintenant. « On n’est pas, c’est sûr, dans l’immobilisme, souscrit Erick Mathe. On voit bien qu’il existe un grand engouement pour, sans cesse, améliorer les choses. C’est le fil conducteur, me semble-t-il, de nos réunions mensuelles. »

Et la promesse d’un avenir toujours aussi radieux pour un handball qui a, définitivement, trouvé sa vitesse de croisière en associant tous les acteurs et toutes les expertises.

L.M.

LNH
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies