close


Le fol été d'Emil Feuchtmann

20 août
Entretien
Le demi-centre chilien a connu un été fructueux avec sa sélection nationale

Pendant que vous étiez allongé sur la plage avec votre cocktail, Emil Feuchtmann, le demi-centre de Nancy, a passé un été un peu plus agité. Le Chilien a participé, avec son équipe nationale, aux Jeux Panaméricains et y a terminé deuxième. Une surprise ? Pas tant que ça. La sélection sud-américaine avait déjà fait bonne impression lors des championnats du monde en janvier. Mais de là à atteindre la finale continentale, éliminant le Brésil par la même occasion…”Si on m’avait dit ça avant, j’aurais signé tout de suite. Ce n’est pas la première fois que le Chili atteint une finale aux Jeux Panaméricains, mais j’ai l’impression que cette fois, on a proposé un vrai beau handball” analyse le demi-centre, qui évolue en sélection aux côtés de ses frères Erwann et Harald.

"Jouer pour mon pays, ça fait battre mon coeur"

Alors peu importe le fait qu’il ait fait une croix sur ses vacances - “quelques jours et je suis revenu à Nancy” -, qu’il ait travaillé tout le mois de juin, avec deux entrainements par jour, pour atteindre son objectif, cet été restera comme un des plus fous de la carrière d’Emil Feuchtmann : “Jouer pour mon pays, ça fait battre mon coeur. Alors en plus quand on gagne…” Son seul regret ? “Avoir raté la qualification olympique.” Mais ce n’est que partie remise puisqu'il se murmure que le président du pays Sebastián Piñera aimerait organiser un tournoi de qualification olympique l’année prochaine, histoire de maximiser les chances des Chiliens de s’envoler pour Tokyo. “Ce serait tout bonnement incroyable…Les Jeux Olympiques, c’est…” souffle-t-il, à court de mots.

En attendant l’épilogue du compte de fées de l’été, Emil Feuchtmann est revenu en Lorraine en fin de semaine dernière. Avec, désormais, un objectif simple. Réussir une aussi belle saison avec Nancy. Un nouveau coach, quelques nouveaux joueurs, y’a-t-il la place pour faire mieux que les barrages de l’an dernier ? “Je pense oui, on a un bon groupe et Benjamin Braux a l’air d’être quelqu’un qui travaille beaucoup” décrit le meneur de jeu. Qui a réussi son pari de l’été avec son partenaire Abou Fofana, international avec l’équipe des USA. “On les a joués aux Panaméricains, et j’avais bien dit à mes coéquipiers que si on perdait, je ne rentrais pas en France. Je n’aurais pas pu mettre un pied dans le vestiaire. Mais on a gagné et Abou a bien joué, alors tout le monde est content” sourit-il. Décidément, cet été aura été une réussite sur tous les plans pour Emil Feuchtmann.

K.D.

PROLIGUE