close


Les 7 de ma carrière - Pierre Marche (Nancy)

01 mai
Entretien
Aix en Provence, Tremblay et, depuis l'été passé, Nancy, Pierre Marche commence à en avoir vu du pays ! Il nous présente les joueurs qui ont marqué sa carrière, le tout avec une petite connotation provençale.

Mon sept de légendes

Gardien de but : Arpad Sterbik : "Quand tu le vois goaler, t'as l'impression que y'a pas des masses de place dans le but (rires)...Sur certains matchs, le mec est impressionnant. De toute façon, dans cette génération, c'est lui et Omeyer, le reste est quand même bien en dessous."

Ailier gauche : Michaël Guigou : "La longévité, la classe, la technique, et en plus il est de la région PACA, c'est le joueur parfait (rires) !"

Arrière gauche : Daniel Narcisse : "Je me souviens avoir joué contre lui avec Aix, j'étais encore jeune. Et je me dis qu'il faut pas la prendre intérieur, le un contre un qu'il met à tout le monde. Il arrive, je ferme, il passe extérieur et met un but en tombant qui a fait le tour des top buts...C'est un des souvenirs que j'ai de lui (rires)..." (ndlr : on vous a retrouvé ce moment de gloire, à revoir ici : https://www.youtube.com/watch?v=rMspYIVuaxc )

Demi-centre : Ivano Balic : "Un magicien, le mec qui devait être indéfendable. Bon par contre, pour le look, on repassera (rires)..."

Arrière droit : Kim Andersson : "Il m'a toujours impressionné. Le cliché du Suédois, propre sur lui, efficace, jamais décoiffé. Mais c'était pas qu'une gravure de mode, c'était aussi un sacré joueur !"

Ailier droit : Mirza Dzomba : "Lui aussi m'a marqué quand j'étais plus jeune. Un ailier atypique, longiligne, mais quand mêmle super efficace."

Pivot : Bertrand Gille : "Mon idole, que j'ai beaucoup regardé quand j'étais plus jeune. Il était très fort dans tous les secteurs. J'ai eu la chance de jouer contre lui quand il est revenu à Chambéry, c'est toujours sympa."

Mon sept de potes

Gardien de but : Robin Cappelle : "Encore un ancien Aixois. On n'était pas beaucoup de mecs du coin au PAUC, à part lui et moi. Maintenant il est tranquille en Corse !"

Ailier gauche : Matthieu Ong : "On se connait depuis les -16 ans, à l'époque il avait une grosse coupe de cheveux. C'est devenu un très bon pote, en plus son père est mon agent. Il s'est rasé à blanc avant le début du confinement, mais je sais pas trop à quoi il ressemble maintenant. A un Jackson Five, probablement (rires) !"

Arrière gauche : Erwan Siakam : "On s'est découvert à Tremblay, on habitait juste à côté et on faisait tous nos trajets ensemble, du coup."

Demi-centre : Clément Romero : "On a joué ensemble à Aix à mes débuts, mais on est resté très bon copains, d'ailleurs je devais être témoin de son mariage cet été, même si bon là...C'est sympa, on va se retrouver la saison prochaine vu qu'il joue à Sarrebourg."

Arrière droit : Luc Tobie : "Il a vu passer pas mal de concurrents mais il a toujours été inamovible. Un mec très calme, mais faut pas l'énerver, sinon il sort sa machette (rires) ! Je l'ai vu péter un plomb une fois, je peux te dire que tu rigoles pas !"

Ailier droit : Gabriel Loesch : "Je l'ai connu tout petit à Aix, il était tout discret, tout timide. Bon il a bien changé maintenant, c'est un Marseillais, une vraie grande gueule (rires) !"

Pivot : Jérémie Courtois : "On a passé notre carrière à se suivre, entre Aix et Tremblay. Lui aussi, pas forcément le plus exubérant, mais quelqu'un que j'apprécie beaucoup."

Mon sept de coéquipiers

Gardien de but : Stéphane Clémenceau : "J'ai joué deux ans avec lui au tout début de ma carrière. Il était la première grosse recrue d'Aix, à l'époque. Mais même s'il était en fin de carrière, il était toujours très impliqué et hyper humble, à toujours donner des conseils à tout le monde."

Ailier gauche : Samuel Honrubia : "Le mec que j'ai connu qui parlait le plus ! Tu pouvais faire des séances video de deux heures, Samy parlait pendant une heure et demi (rires) ! C'était intéressant, hein, quand même !"

Arrière gauche : Jérôme Fernandez : "J'ai eu la chance de jouer un an avec lui, quelqu'un de très gentil, qui parle avec tout le monde et qui ne se prend pas du tout pour un autre. Tu pourrais te dire qu'il a le melon avec une telle carrière, mais pas du tout."

Demi-centre : Nikola Karabatic : "Le gars te sort Honrubia, Fernandez et Karabatic comme coéquipiers, tu sens que je plaisante pas (rires) ! Il est resté à Aix six mois, mais pour nous, c'était incroyable. Voir arriver Niko chez nous, dans le petit vestiaire du Val de l'Arc, c'était un peu improbable. Mais jamais il n'a fait sentir à qui que ce soit qu'il était Nikola Karabatic. Il s'est dépouillé pour aller chercher le maintien alors qu'on était en bas de classement, il a mis une telle aggressivité qu'il a tiré tout le monde vers le haut."

Arrière droit : Sassi Boultif : "C'était un très bon arrière droit en fait, même à Istres et à Cesson avant. Il était trop fort sur les dix premières minutes d'un match, après ça couinait un peu physiquement. En plus, il a toujours un bras monstrueux, en appui, il t'envoie des sacoches pas possibles (rires)."

Ailier droit : Pedro Portela : "Il a l'air de pas grand-chose mais il est assez fort. La saison qu'il fait cette année, avec son Euro avec le Portugal, le prouve."

Pivot : Luka Karabatic : "On finit en beauté. A l'époque, il n'était pas encore si connu que ça, il était encore le frère de. Du coup, il avait une grande humilité, même si il ne l'a pas lâchée depuis. Bon après, Noka Serdarusic est arrivé, et Luka a énormément joué, à mon grand désarroi..."

 

Kevin Domas : photo : Christophe Devoitine

Proligue