close


Tour de France - Valence est mieux préparé que la saison passée

08 sept.
Tour de France
Après une première saison compliquée en Proligue, Valence espère avoir appris de cette expérience pour grandir. Et ne pas répéter les mêmes erreurs.

Jamais simple d’être un promu en Proligue. La saison passée, Besançon et Valence l’ont appris à leurs dépens. Les deux formations ont été condamnées à passer les dix-huit journées dans le fond du classement, ou presque. Car les Valentinois ont entamé la saison en fanfare, avec deux victoires face à Besançon, justement, et à Massy, avant de traverser un tunnel de deux mois sans prendre le moindre point…”La saison a été compliquée, car on a été projeté en Proligue un peu au dernier moment. On a été dans l’adaptation et la découverte perpétuelle. On a eu pas mal de pépins physiques, on a eu du mal dans l’enchainement des matchs” explique l’entraineur Eric Forets, qui a posé ses valises dans le Drôme l’été dernier. “Mais globalement, c’est très positif, on n’a pas été si loin que ça dans beaucoup de matchs. Je pense qu’on a donné une bonne image de l’équipe, à domicile notamment, et c’est quelque chose qui me tient à coeur.”

Rééquilibrer l'effectif, maitre-mot du recrutement

Cette fois, Valence a eu un peu plus de temps pour préparer sa saison. Outre de nombreux changements dans la structure même du club, avec un staff médical complètement repensé, Forets a tenu à mettre sa patte sur l’effectif. “J’ai essayé de rééquilibrer l’équipe, en renforçant le côté droit. La saison passée, on a passé trop de temps sans gaucher avec la blessure de Jackson Pavade, j’ai donc choisi de compenser cela avec Jurij Jensterle” détaille-t-il. “On a aussi fait un effort sur le poste de gardien de but, qui a pu être un point faible la saison passée.” Valence a donc engagé le portier tchèque Artur Adamik, transfuge de Besançon, tout en mettant l’accent sur le poste de pivot, avec deux recrues venues de Vernon (Adrien Vergely et Bandjougou Gassama). L’ailier gauche Pierrelou Malfondet vient compléter le tableau des recrues. “Tous les postes sont désormais doublés. On ne va pas passer la saison en croisant les doigts pour qu’untel ou un autre ne se blesse pas” sourit le technicien valentinois.

Utiliser l'expérience de la saison passée

Malgré un effectif plus en adéquation avec les besoins de la Proligue, pas question néanmoins de mettre la charrue avant les boeufs. “Evidemment qu’on visera les maintien, mais quand on voit les exemples de Billère ou de Nice ces dernières saisons, avec des budgets pas forcément plus gros que le nôtre, cela donne forcément des idées” prévient Forets. Pour cela, il faudra que ces joueurs soient capables d’utiliser l’expérience accumulée la saison passée afin de ne pas répéter les mêmes erreurs. “On n’a jamais voulu laisser filer des matchs, on a tout joué à fond, moi le premier. On aurait peut-être du être un peu plus malin et faire tourner certains soirs quand le weekend suivant, on jouait des matchs-clés. On verra comment la saison tournera, j’espère surtout qu’on aura pas besoin d’avoir ce genre de considérations, ce serait encore le mieux” termine le coach. Pour Valence, le temps de l’apprentissage est terminé, c’est désormais le moment de se lâcher.

Kevin Domas, photos : Paage Création, S. Pillaud, P. Riou