close


Tour de France - A Cherbourg, nouveau coach, même ambitions

23 sept.
Tour de France
Sixième la saison passée, Cherbourg va encore viser le haut de tableau cette saison. Avec de nouvelles têtes, que ce soit sur le banc mais aussi parmi les joueurs de champ.

Le vent du changement s’est levé sur la pointe du Cotentin. Après deux saisons sur le banc de Cherbourg, Nicolas Tricon n’a pas été conservé, et ce malgré une saison dernière au delà de toutes les espérances. Deuxième à la trêve, la JS a raté son début 2020 pour finalement pointer au sixième rang quand la pandémie du Covid-19 a arrêté les compétitions. Mais c’est bien un nouveau venu, Frédéric Bougeant, qui était présent à la reprise en juillet. Un nouveau venu, dans le monde du handball masculin peut-être, mais pas en France, puisque le technicien avait emmené Fleury les Aubrais au titre de champion de France LFH en 2015. “J’avais laissé la porte ouverte à quelques projets, dont celui de Cherbourg. C’est à côté du Havre, dont je suis originaire, un club ambitieux que je connais un peu, il y a tout pour réussir quelque chose de beau ici. Le seul souci, c’est que j’ai dû ressortir les pulls et que les affaires du Sénégal sont désormais à la cave” sourit Bougeant.

Des cadres à remplacer

Qui a passé son confinement à analyser le jeu de sa nouvelle équipe, pour en tirer des axes de travail. Sans pour autant vouloir tout changer. “Il y a des choses sur lesquelles je veux insister, notamment le jeu rapide. Cherbourg jouait vite, mais toujours sur le même rythme, on a beaucoup bossé là-dessus pendant la préparation. Globalement, on est dans une transition douce, pas un changement radical” continue le nouvel entraineur. Dont l’équipe a perdu le Croate Marko Curcic, Romain Guillard et Guillaume Bordier, trois cadres de la saison passée. Qui ont été remplacés par des profils jeunes et dont on peut légitimement se poser de leur capacité à se hisser rapidement au niveau du championnat. “Le recrutement était quasiment bouclé quand j’ai signé, mais tout avait anticipé de manière logique, il était hors de question de tout détricoter. Le groupe a de l’envie, de la qualité, on l’a vu sur les matchs amicaux, et on ne peut pas non plus dire qu’on repart de zéro. Cinq changements sur un été, c’est un cycle normal dans la vie d’une équipe” tempère celui qui a amené Rostov au Final Four de la Champions League féminine en 2018.

Objectif play-offs

Depuis le temps qu’il tourne dans le milieu du handball, Fred Bougeant n’est pas connu pour manquer d’ambition. Et, jusqu’à présent, il a plutôt réussi les défis qu’il s’était fixé. Alors, quel est celui qu’il a en tête pour la JSC ? “Avec les dirigeants, on aimerait bien jouer les play-offs. Le club vient de lancer Cap 2024, un programme pour se structurer et se développer. On va y aller petit à petit, tenter de faire bouger les lignes et on espère aller chercher au-dessus assez rapidement” explique-t-il. C’est peut-être l’année ou jamais, dans une Proligue où aucune équipe ne fait figure de favori incontesté. Mais il faudra d’abord traverser une saison qui risque d’être fort particulière…”La préparation l’est déjà, on a eu des soucis, des matchs annulés, c’est compliqué pour travailler sur la durée. Mais je fais confiance aux clubs et aux joueurs pour faire preuve de résilience…Et celui qui en aura le plus ne sera pas loin de la vérité en juin prochain !”

Kevin Domas, photos : Jean-Pierre Barge