close


Tour de France - Nancy ne se cache plus

28 sept.
Tour de France
Après avoir terminé quatrième la saison passée, Nancy se verrait bien être dans les deux élus à la montée en fin de saison. Tout en sachant les difficultés pour y arriver.

Benjamin Braux a hâte d’en découdre. L’entraineur de Nancy ne se le cache pas, ces six mois sans match officiel ont été bien trop longs à son goût. Si on y ajoute une préparation “la plus longue qu’on ait jamais connue”, comprenez qu’il va croquer à pleines dents dans le déplacement à Massy le 3 octobre. D’autant que la saison passée n’a pas été tout à fait à son goût. “Elle a été très frustrante. On avait planifié pour arriver en forme sur les play-offs, et on n’a pas pu aller au bout de ce qu’on s’était dit. C’est comme si on s’était préparé pour un marathon et qu’au trente-cinquième kilomètre, on nous avait dit que la course était finie” déplore-t-il. Pourtant, pour son premier exercice en Lorraine, les résultats ont été au rendez-vous. “On était dans le rythme, en phase avec l’objectif fixé, d’arriver en play-offs, mais on n’a pas pu récolter les fruits de notre travail” continue-t-il.

"Assumer notre rôle"

A l’aube de l’exercice 2020/21, Nancy a du mal à cacher son changement de statut. D’outsider, derrière les locomotives Cesson et Limoges la saison passée, le GNMHB a enfilé le costume de favori. Forcément, quand on a fini quatrième et qu’il n’y a pas eu de descente de Lidl Starligue, le raccourci est vite fait. “Ce championnat est plein de surprises, il va falloir assumer notre rôle, qui sera différent de celui que Nancy a pu avoir par le passé. Il va falloir l’appréhender, gérer le fait que le ballon pèse un peu plus lourd quand on est attendu” notre Braux, qui a déjà connu une montée, avec Massy, il y a quelques années. Aux côtés de Saran, de Massy et de Dijon, difficile de ne pas voir Nancy comme un potentiel candidat à l’élite. “C’est pour ça que je suis venu ici, et le club se donne les moyens d’y parvenir. Mais attention, la saison va être bizarre, et celui qui sera dans le bon wagon sera aussi celui qui aura réussi à bien naviguer entre les différents écueils.”

Curcic et Thitombi, pour apporter un plus

Pour arriver à ses fins, Benjamin Braux a remodelé son effectif. Plusieurs anciens (Soltane, Feuchtmann, Bois) n’ont pas été conservés et l’effectif a été sensiblement rajeuni. “Je cherchais un demi-centre qui ait l’habitude de prendre des responsabilités au plus haut niveau et un arrière droit pour renforcer un poste qui a souffert des absences de Kosta Savic l’an dernier. Aurélien Tchitombi et Marko Curcic, qui sort d’une grosse saison avec Cherbourg me semblaient correspondre à ces critères” décrypte l’entraineur, qui a aussi jeté son dévolu sur deux jeunes, Emilien Hiele et Theo Muller. “On a changé pas mal de choses la saison passée, désormais je crois que tout est en place. Mais il va falloir le confirmer dès la première journée” termine Braux. Qui saut au combien un déplacement à Massy, en ouverture de la saison, est loin d’être un cadeau.

Kevin Domas