close


Tour de France - Massy fait profil bas

29 sept.
Tour de France
Troisième la saison passée, Massy a dû composer avec une forte baisse de budget pour aborder ce nouvel exercice. La troupe de Jérémy Roussel visera le maintien dans un premier temps.

C’est l’histoire d’une drôle de saison du côté de Massy. "Il y a beaucoup de choses à dire, en effet, soupire Jérémy Roussel, arrivé à l’été 2019. Au mois de novembre, j’étais vraiment satisfait de notre début de saison, et j’ai annoncé à mes dirigeants que je souhaitais conserver quasiment 100% de l’équipe en place. C’est à ce moment-là que j’ai appris que les comptes étaient dans le rouge, et qu’il fallait réduire de 20 à 25% la masse salariale. C’était une première chose à digérer." La deuxième sera ces deux points de pénalité infligés par la CNACG, suite à des irrégularités dans le budget prévisionnel du club. 

"Il a fallu avaler cette frustration aussi, note le coach. Surtout que lorsque le championnat s’est arrêté, nous sommes troisième, à un point du deuxième. Sportivement, nous étions deuxième. Mais administrativement, non." Reste le terrain, sur lequel l’ancien ailier droit a pu voir de belles choses. "L’équipe ne s’est jamais plaint. C’est un peu la marque de fabrique ici, analyse-t-il. J’ai pris énormément de plaisir à encadrer cette équipe, et je pense que nous avons produit des performances très intéressantes. Si l’interruption de la saison a été une aubaine pour certains, ce n’est pas notre cas. On aurait souhaité aller jusqu’au bout pour voir jusqu’où on pouvait aller."

Crédit: Eric Bontemps

"Si on se maintient, ce sera déjà très bien"

Pour la saison à venir en revanche, les ambitions ont été revues à la baisse, à l’image des départs d’Arthur Muller, Nicolas Gauthier ou Tom Robyns. "On était déjà une des plus petites masse salariale de Proligue, et il a fallu construire avec 20% de moins, décrypte Roussel. On a perdu des joueurs sur qui les résultats pesaient beaucoup. Est-ce que ce leadership sera repris ? J’en suis convaincu. Mais je ne saurais dire quand. Notre effectif est considérablement rajeuni, mais il y a du talent." Du côté des arrivées, seuls le gardien Gauthier Ivah et le demi-centre Paul Serinet ont rejoint les rangs franciliens. "On assume notre côté tremplin pour des joueurs qui n’ont pas encore la maturité de jouer dans le Top 8 de Lidl Starligue. C’étais le cas pour Edson Imare ou Genèse Bouity l’an passé, ça sera encore le cas pour Gauthier Ivah cette saison", souffle le coach.

Reste à définir le cap pour ce jeune attelage. "Il y a une espèce de tradition des playoffs à Massy, mais cette année, je vais bien me garder d’annoncer quoi que ce soit. Mon souhait, c’est que cette équipe et ces jeunes joueurs progressent, que chacun soit heureux d’être ici, dans cette équipe, dans ce club. On ne s’interdit rien, mais il faut être réaliste et avoir conscience que si on se maintient, ça sera déjà très bien, conclut l’entraîneur massicois. Et puis, je m’interroge sur un classement qui doit être un modèle sportif, lié au mérite, et qui, peut-être, récompensera les équipes qui auront réussi le plus à passer entre les gouttes. J’espère que l’équité sera conservée, surtout quand on met cela en perspective avec l’étage du dessous, où deux équipes sont déjà assurées de monter, avant même le début de la saison. Ca me semble assez ubuesque."

Benoît Conta