close


Luka Brkljacic vise la Lidl Starligue

16 mai
Laurent Moisset raconte
Le meneur de Massy pense, mange, dort handball depuis qu’il a vu le jour. En situation de défi permanent, il ne se voit pas ailleurs qu'au plus haut-niveau possible.

Luka Brkljacic ne tourne jamais autour du pot. Il est cash, franc et direct. « Je n’étais pas fait pour l’école et les études. D’ailleurs, je n’y ai jamais excellé. J’avais tout simplement la tête ailleurs. » Très tôt tournée vers la petite ronde dans les pas de Davor, son père, entraîneur itinérant durant de longues années entre Montpellier, Maubeuge, Montélimar, Besançon et fixé aujourd’hui à Antibes. Marqué, imprégné forcément le gamin. « Je le suivais partout et je ne pensais qu’au jeu. » Luka a de qui tenir et de solides origines totalement ancrées dans le jeu.

L’apprentissage à Saint-Raphaël

Son père, Croate, a débarqué à Sélestat pendant la guerre en Yougoslavie au début des années 1990 avant, en tant qu’arrière droit, de rejoindre Montpellier puis un peu plus tard Branko Karabatic à Frontignan. Les deux hommes ont un parcours similaire, la même passion, le même goût d’enseigner à leurs enfants l’art d’être heureux et de s’épanouir dans le sport.

« Ils étaient proches, se souvient Luka. J’étais très jeune mais je me souviens très bien avoir partagé des moments avec Nikola et Luka Karabatic. Les discussions dans les familles tournaient souvent autour du handball. »

Luka Brkljacic n’aura, pourtant, pas le parcours tout tracé de son illustre aîné. Il intègre le centre de formation de Saint-Raphaël pendant quatre ans mais il ne sera pas conservé dans l’effectif varois au bout de son apprentissage. « On m’a dit que le club aspirait à disputer la Ligue des Champions et que je n’avais pas le niveau. J’ai compris et cela ne m’a pas vexé. Il y a peut-être un seul petit regret : celui de n’avoir jamais figuré sur une feuille de match parmi l’élite mais, au fond de moi, il y avait toujours cette idée que j’y arriverais et qu’un jour je jouerais en Lidl Starligue. Certains joueurs se révèlent tôt, d’autres plus tard. Jamais je ne me suis découragé. »

A Besançon, son fief, pendant trois ans en Proligue, le jeune demi centre apprend et s’aguerrit avant, cette saison, de rejoindre Massy et de frapper les esprits en inscrivant lors du barrage retour contre Nancy dix buts. Plus déterminé que jamais au sein d’un groupe où il apprécie, d’abord, la solidarité.

Luka Brkljacic évoluait sous les couleurs du Grand Besançon Doubs Handball la saison dernière.

Objectif Lidl Starligue

« La moitié de l’équipe est issue de la région parisienne. Les joueurs jouent depuis longtemps ensemble. C’est à l’image du club : on se serre les coudes et il n’est pas étonnant, pour résumer l’état d’esprit, que la défense soit notre point fort. » Luka Brkljacic a encore grandi, toujours plus concentré sur son sujet, adepte forcené de la vidéo pour mieux appréhender encore l’adversité. « Tout devient de plus en plus précis. Ce travail-là, on n’a pas le droit de le négliger. » Mais il a gardé cette franchise dès qu’il envisage, à bientôt 25 ans, la suite de sa carrière.

« On a rempli l’objectif en se qualifiant mais on s’est pris au jeu. Même si lors de la saison régulière on a été dominé par Chartres que nous retrouvons samedi, ce nouveau pari n’est pas perdu d’avance. »

« Paris, la région parisienne c’est trop grand pour moi. Le cadre de vie m’étouffe un peu. D’ailleurs dès que j’ai deux ou trois jours, je rentre à Besançon. J’ai besoin de cette tranquillité. » Il ne restera pas à Massy la saison prochaine et il l’a annoncé à ses dirigeants -qui souhaitaient le reconduire- en début d’année alors que les finalités de Proligue lui offrent l’occasion de frapper un grand coup. « On a rempli l’objectif en se qualifiant mais on s’est pris au jeu. Même si lors de la saison régulière on a été dominé par Chartres que nous retrouvons samedi, ce nouveau pari n’est pas perdu d’avance. »

Quoiqu’il arrive Luka Brkljacic continuera de poursuivre son rêve de Lidl Starligue. « Je sais que j’y arriverai. » Peut-être plus tôt que prévu parce que certains contacts ont déjà été noués et que le week-end qui s’annonce pourrait le révéler au grand monde.

L.M
Crédit photo Portat / Lihoreau

PROLIGUE
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, commerciaux et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies