close


TDC / Paris terrasse Dunkerque !

07 sept.
Divers
Au cours d’une finale maîtrisée quasiment de bout en bout, le PSG Handball a dominé de la tête et des jambes un Dunkerque fatigué qui aura vite été dépassé. Et obtient son premier titre de la saison ! Avant d'autres ?

Dunkerque 23-34 Paris (10-14)

Paris a tremblé. Beaucoup. Voire inquiété. Mais seulement samedi face à Montpellier. Car dans cette finale face à Dunkerque, la formation de Philippe Gardent a su retrouver ce qui avait fait sa force toute au long de sa préparation estivale : de l’allant, de la hauteur, de la solidarité et des individualités capables de changer le cours d’un match. Dans les premières minutes, on a d’abord cru que les joueurs de la capitale allaient devoir attendre les confins de la rencontre pour réussir à faire la différence. En effet, Dunkerque tenait bien le choc et s’offrait même le luxe de passer devant à la marque après avoir démarré timidement (0-3 à la 7’, puis 5-5 à la 13’ et 8-7 à la 20’). En défense, Benjamin Afgour et ses partenaires faisaient beaucoup d’efforts pour contenir un Paris que l’on sentait physiquement prêt à en découdre (10-10 à la 26’). La maison nordiste craqua cependant juste avant la mi-temps après 5 coups de boutoirs des internationaux de l’équipe de France : Daniel Narcisse scora à deux reprises, Thierry Omeyer contra 2 ballons et William Accambray y alla aussi de son obole. Par dessus cela, Mikkel Hansen porta l’avance de Paris à 4 longueurs à la pause (10-14 à la 30’).

De retour des vestiaires, les champions de France tentèrent bien de refaire leur retard (11-15 à la 32’ puis 12-16 à la 35’) mais rien n’y faisait la défense des coéquipiers d’un Daniel Narcisse au rendez-vous (5 buts) n’avaient aucune intention de plier. On voyait même que, dans les vestiaires, le discours avait dû être galvanisant au possible. Car à partir de la 37’ l’issue de la rencontre fut entendue. Les failles dans le bloc dunkerquois se faisaient de plus en plus béantes et à mesure que la marque montait pour Paris, la confiance et l’audace étaient aussi en hausse (13-23 à la 41’). On allait alors assister pendant les 20 dernières minutes à une petite démonstration de handball, où le hourra régala le public venu combler l’intégralité des 3200 places de la salle de Monastir. Fahrudin Melic sortait des gestes venus d’ailleurs tandis qu’à la mène Gabor Cszazar démontrait qu’il était vraiment un très grands joueurs. Capable d’aller au but évidemment puisqu’il termina meilleur buteur de son équipe, mais aussi et surtout de faire jouer ses partenaires avec un sens du jeu rare comme sur cette passe décisive à la 53’ délivrée à Igor Vori. Magnifique d’astuce et de science du handball. Dans le sprint final de la rencontre, Dunkerque tentait bien quelques coups pour ne pas repartir avec une défaite trop lourde mais l’armada parisienne ne baissait pas de rythme pour autant. Un ultime tir de Sébastien Jaumel s’envolait vers les tribunes. Paris pouvait alors triompher et voir ses joueurs récompensés par le jury composé de Riadh Azaiez et Sead Hasanefendic. Thierry Omeyer recevait le Trophée Ooredoo du Meilleur Gardien, Marko Kopljar obtenait le Trophée Tunisair du Meilleur Défenseur alors que Daniel Narcisse empochait le Trophée Mövenpick du Meilleur Joueur du Tournoi. Gabor Czazar fermait le banc avec le Trophée ONTT du Meilleur Buteur. Ensuite, sur le podium, les cœurs exultaient.

TROPHÉEDESCHAMPIONS