close


Thomas Cauwenberghs: "Les cartes sont déjà sur la table"

24 mai
Entretien
Auteur du but de l'égalisation lors du match aller, Thomas Cauwenberghs se projette vers la finale retour des playoffs, ce vendredi, à Pontault-Combault.

Thomas, quel regard portes-tu sur la finale aller ?
Pontault, ça joue bien… On le savait. Handballistiquement, on savait qu’ils allaient nous poser plus de problèmes que Chartres, dont le jeu était plus lisible avec de grandes courses d’arrières. Là ils ont beaucoup de capacités individuelles avec des joueurs qui, tant techniquement que tactiquement, nous ont posé pas mal de problèmes. De notre côté,on  n’a pas assez bien défendu, en prenant même l’eau à un moment du match. On a eu pas mal de soucis avec les glissements de Valentin Aman notamment. Maintenant on a rectifié le tir pour revenir et arracher ce match nul. Maintenant ça a couté pas mal d’énergie et physiquement ça commence à être dur.

Y a-t-il eu la peur de prendre un éclat ?
Oui… Quand on est à -6, ce serait mentir de dire que l’on contrôlait la situation. Mais c’est un match à l’image de notre saison. On sait qu’on est une équipe qui ne lâche jamais. C’est aussi le cas de Pontault puisqu’on avait pris le dessus en début de match. On a des profils similaires. Ce n’était pas simple et ça ne se sera pas plus simple pour cette finale retour.

Tu parles de fatigue, avez-vous axé cet avant-match sur la récupération ?
Oui. De toute façon, on ne va pas réinventer notre jeu. Les cartes sont déjà sur la table, on ne va pas tout révolutionner.

Cette finale retour va-t-elle se jouer dans la tête ?
Oui je pense. Tout va se jouer sur des détails. Sur la fin de match, mardi, on perd pas mal de ballons, eux ratent des tirs à 6m. Tout ça, ce sont des petits détails avec des ballons qui pèsent un peu plus lourd. C’est ça ce moment-là qu’il faudra être bon, dans le dernier quart d’heure. Maintenant on va garder notre identité, on ne va pas passer pour des autres. Même si on perd des ballons, c’est qu’on veut jouer vite, c’est comme ça. On ne sait pas gérer un résultat, on l’a vu à Chartres. Je pense que Pontault, ça sera pareil, ils vont jouer et puis c’est tout. Nous on va jouer la gagne, et puis on verra. 

Be. C.

Crédit photo: Thierry Baninot

PROLIGUE