close


Tour de France - Nice, une succession sans révolution

07 août
Tour de France
Après quatre année à la tête de Nice, et deux maintiens en Proligue, Edu Fernandez a quitté le Cavigal pour Aix, cet été. Son successeur, Asier Antonio, va tenter d’assurer la continuité du projet.

Pas de bouleversement à Nice. Alors qu’Edu Fernandez a annoncé son départ au coeur de la saison passée, après quatre années à la tête de l’équipe, durant lesquelles il aura fait monter le Cavigal en Proligue, avant de décrocher deux maintiens de suite, l’état major azuréen a bien vite décidé de surfer sur la vague lancée par le technicien espagnol. Après trois saisons de joueurs, plus une saison en tant qu’adjoint, Asier Antonio prendra en effet le relais sur le banc niçois. "Je suis entraîneur depuis quelques temps déjà, c’est quelque-chose qui m’a toujours intéressé, souffle l’ancien spécialiste de la défense. Je pense que je suis prêt à assumer la mission."

Et le public de la salle Pasteur ne devrait pas avoir de mal à reconnaître son équipe. "Avec Edu, on a la même philosophie. On a joué ensemble durant cinq ans, on vient de l’école de Valladolid. Je vais travailler sur le même projet de jeu, explique le technicien. Maintenant, on est aussi deux personnes différentes, et je n’aurai pas le même caractère, le même coaching." Déjà mobilisé, avec réussite, sur les équipes de jeune et l’équipe réserve l’ancien international aura à coeur de poursuivre son projet. "Tout le club progresse, et parle la même langue au niveau du handball, c’est important, glisse-t-il. On veut travailler de plus en plus sur cette identité locale."

Un 3e maintien de suite ?

Des progrès qui ne sont pas forcément vus la saison passée d’un point de vue comptable, puisqu’après avoir décroché son maintien avec 22 points la saison précédente, il fut cette fois arraché avec 17 unités au compteur. "Mais on a eu beaucoup de blessures, beaucoup de problèmes et on a quand même amélioré notre position au classement, décrypte le coach niçois. Et puis le niveau du championnat n’était pas le même. La saison dernière, les équipes de tête étaient bien plus fortes, et ne sont pas venues perdre des points chez les petits."

Pour la saison à venir, le Cavigal devrait à nouveau lutter pour sa survie. "On a toujours le plus petit budget et beaucoup de travail à venir, conclut Asier Antonio, dans un discours qui rappelle furieusement celui de son prédécesseur. On aura une équipe jeune, avec les défauts et les qualités de la jeunesse. On a essayé de faire un recrutement de qualité selon notre budget (Léo Fauvet, Paolo Bardi, Baptiste Gaillard, Davide Bulzamini, Sébastien Rossi, Alexis Bon et Jürgen Rooba). On va tenter de continuer à produire du beau handball afin de continuer à évoluer en Proligue." Si tel est le cas, la succession sera réussie...

Benoît Conta

Crédit photo: Cavigal Nice

PROLIGUE