close


Tour de France - Strasbourg veut saisir sa 2e chance

09 août
Tour de France

Finalement repêché malgré sa cruelle relégation en fin de saison, Strasbourg, désormais dirigé par Denis Lathoud, espère prouver que sa place est en Proligue.

"Compliqués." Voilà la terme choisi par Maxime Duchêne pour définir les trois mois qui viennent de passer du côté de l’Essahb. Entre le 3 mai, qui aura vu Strasbourg glisser dans la zone de relégation lors de la dernière journée de Proligue, et le 2 août, date de l’officialisation de son repêchage, les journées ont parfois semblé bien longue. "Descendre à la dernière journée, ce n’est jamais facile, souffle le portier alsacien. On s’était tiré une balle dans le pied en perdant face à Vernon la semaine précédente, mais c’est resté très dur à vivre." Une relégation soudaine, alors que la deuxième partie de saison avait laissé croire au maintien. 

"On avait attaqué la saison un peu timidement, mais au fur et à mesure, on a pris de la confiance et on s’est dit: « Pourquoi pas nous ? », confirme-t-il. On ne peut s’en prendre qu’à nous mêmes mais je ne pense pas qu’on méritait de descendre. C’était cruel." Un constat que l’Essahb a désormais l’occasion de démontrer, puisque le début du mois d’aout aura apporté son lot de bonnes nouvelles, avec un repêchage qui flottait dans l’air depuis de longues semaines. "On entendait un peu tout et son contraire, ce n’était pas forcément facile à vivre. Il y a avait un peu des bruits de partout, et on ne savait pas où donner de la tête, reconnaît le gardien de but. Maintenant, ce n’est que du bonus, et on a une seule envie: prouver qu’on mérite d’être là."

"L'objectif premier, c'est le maintien"

Pour cela, l’Essahb a changé de peau, puisque c’est désormais l'ancien Barjot Denis Lathoud qui dirige l’équipe première. "Il y a une nouvelle manière de travailler, on apprend à se connaître. Il y a aussi un nouveau prépa physique, et c’est plutôt rude, sourit Duchêne. On est en pleine phase de construction, avec notamment les nouvelles combinaisons à assimiler. Le coach est exigeant, on le savait, et pour le moment tout va bien. J’espère que ça va durer." Le collectif alsacien a également pris en expérience, avec les arrivées d’Yvan Gérard ou Xavier Moreau, mais aussi des jeunes espoirs Lucien Auffret et Romain Mathias. "Ce sont des joueurs habitués au plus haut niveau, c’est forcément enrichissant pour un groupe qui a en plus pris une année d’expérience", estime l’ancien Sélestadien.

Un nouveau collectif qui espère signer un bail longue durée avec la Proligue. "L’objectif premier, c’est le maintien. Mais le coach ne compte pas s’arrêter là. On va prendre les matches les uns après les autres, mais clairement, on n’est pas là pour faire de la figuration. Si on peut gratter quelques places, on ne se privera pas, conclut Maxime Duchêne, avant d’évoquer la dernière incertitude qui pèse au-dessus de l’Essahb, celle d’une éventuelle fusion avec Sélestat. Là encore, il y a beaucoup de « on dit », donc on essaye de faire abstraction. Personnellement, j’ai envie d’une grosse structure en Alsace, qui est une vraie terre de handball. Mais ce n’est pas notre boulot, à nous les joueurs. On ne pense qu’au terrain, le reste, on verra bien."

Benoît Conta

Crédit photo: Lithard

PROLIGUE