close


Tour de France - Billère a bien changé...

13 août
Tour de France
Un an après sa descente, Billère fait son retour en Proligue. Avec un effectif pleinement remanié, le club béarnais nourrit quelques ambitions.

Un an après sa descente surprise, Billère est déjà de retour. Attention toutefois, le club béarnais a bien changé. Un peu plus de douze mois plus tard, ils ne sont en effet que deux, Jérémy Vergely et Valentin Doudeau, à encore garnir les rangs d’un effectif dirigé par Dragan Mihailovic. Un coach recruté suite à la descente du club en Nationale 1, et qui aura rempli sa mission de remontée immédiate. "Ce fut une saison compliquée, car il a fallu garder mobilisés les joueurs encore sous contrat, souffle Christian Laffitte, le président du BHB. Dragan, c’est moi qui ai choisi d’aller le chercher pour apporter plus de rigueur et de contenus, que ce soit dans les séances ou dans les matches. Je pense que dans ce cadre, on a été performants, et ce malgré les aléas d’un championnat qui reste compliqué."

Champions de France de N1, les Béarnais ont tout de même opéré une grande lessive au sein de l’effectif, avec pas moins de 11 départs. "J’ai prévenu très tôt que je ne resignerais les contrats qu’une fois la montée en Proligue validée. On a connu quelques défaites, ce qui a forcément repoussé le calendrier. Dans ce cadre, certains joueurs, comme Arnaud Tabarand (parti à Istres, ndlr), ont décidé de partir car ça ne leur convenait pas, explique le président. D’autres joueurs, que l’on souhaitait conserver, n’ont pas accepté nos propositions. Ce qui fait qu’il ne reste que deux joueurs présents la saison passée." Une hémorragie au niveau des départs rapidement compensée par une vague d’arrivées.

Une place entre la 8e et la 10e ?

"Je ne dirais pas qu’on a eu l’embarras du choix, mais presque", sourit Christian Laffite, alors que pas moins de dix recrues ont rejoint le Béarn, avec notamment quelques habitués de la Proligue comme Eduardo Reig-Guillen ou Corentin Boe, mais aussi des renforts venus de l’extérieur comme les Biélorusses Andrei Padasinau ou Andrei Yashchanka. "On ne voulait que des joueurs confirmés ayant au minimum le niveau Proligue, voire mieux, souligne le patron du club billerois. Je pense que qualitativement, on a un bel effectif avec du monde à tous les postes. D’ailleurs, Dragan est vraiment satisfait et heureux de l’implication et de la qualité du groupe sur cette préparation."

Une révolution qui offre à Billère le loisir de regarder vers le haut. "En tant que promu, l’objectif minimum, c’est le maintien. Mais je pense que raisonnablement, on peut finir entre la 8e et la 10e place. On a en tout cas le groupe pour, et on ne se refuse rien. On veut redonner du plaisir au public, aux partenaires, à tous ceux qui ont vécu un traumatisme profond avec cette descente, conclut le président, qui ne cache pas un esprit revanchard. L’an passé, une équipe est montée et se voit rétrogradée financièrement. On se doutait un peu de tout ça. Maintenant, on n’avait qu’à être meilleurs sportivement, mais on espère prendre une revanche sur certains clubs qui faussent un peu le championnat…"

Benoît Conta

Crédit photo: BHB 

PROLIGUE