close


Tour de France - Sélestat veut retrouver du sens

13 août
Tour de France
Après une saison manquée, Sélestat a choisi de repartir sur de nouvelles bases. Avec un coach inchangé, mais un effectif à l’accent plus alsacien.

"Sur 26 journées, j’ai pour habitude de dire que tu mérites ta place. Si on a terminé à la huitième place, c’est qu’on le méritait." Après une saison décevante, conclue à la huitième place, Christophe Viennet ne cherche pas d’excuses. "En terme de résultat, la saison n’est pas conforme à nos ambitions", confirme le coach alsacien. Après être passé à un but d’une montée en Lidl Starligue au printemps 2018, le SAHB a calé dès la 4e journée, avec une série de onze matches sans victoire. "L’équipe a complètement perdu confiance, analyse le technicien. On a été obligé de refaire tout un travail en profondeur. Ca a été long. Je pense qu’inconsciemment, en passant à un but de la montée, on a cru que faire quelques remaniements allait suffire. Notre niveau de vigilance n’était pas suffisant."

Résultat, la saison fut manquée, et le club a décidé d’en tirer les leçons. "Les responsabilités ont été partagées et tout le monde a fait son autocritique. Il a fallu tirer les conclusions qu’il fallait, et on a décidé de repartir sur un projet avec plus de sens, explique le coach sélestadien, avant de poursuivre. La volonté est de recoller à l’identité du club, qui est avant tout un club formateur. Il fallait replacer cette composante au centre du projet et redonner une touche plus locale à l’effectif."

Un projet sur deux ans

En conséquence, alors que neuf joueurs ont quitté l’effectif, les dirigeants alsaciens ont ciblé leur recrutement avec les arrivées notamment de Nicolas Minne, Thomas Capella ou Virgile Pinchot. "On a essayé de réduire la quantité au sein de l’effectif car ce fut une problématique de la saison passée, avec une fuite des responsabilités. Cette fois, l’idée est de responsabiliser quelques cadres que l’on a conservé, comme Thomas Cauwenberghs ou Vladimir Perisic, et d’agrémenter tout ça avec des jeunes joueurs issus de notre formation."

Un nouveau projet qui n’enlève pas toutes les ambitions du club. "On a un projet sur deux saisons, on veut se donner du temps. Il y a une base à reconstruire, mais on ne s’interdit rien. Maintenant on va avancer en se dégageant d’une forme de pression. Je pense qu’on a effectif de qualité, à nous de bien travailler, conclut Christophe Viennet, qui préfère en revanche ne pas s’avancer lorsqu’il s’agit d’évoquer l’éventuelle fusion avec l’Essahb. On entend beaucoup de choses, mais moi, je veux me fixer sur la réalité du moment. Je ne me projette pas plus loin. C’est un serpent de mer, mais il est important que nous, le sportif, on s’en dégage."

Benoît Conta

Crédit photo: JPB Photo et SAHB

PROLIGUE